Interview à Time : 11 choses que nous avons apprises sur Tiger Woods

Par le 11 décembre 2015
email
Print Friendly and PDF

Tiger Woods fêtera ses 40 ans le 30 décembre prochain. Convalescent pour une période indéterminée, le désormais 411e joueur mondial s’est livré en longueur dans une interview « confessions » au magazine Time accordée la semaine dernière. En voici l’essentiel

-c- getty Tiger Woods smile

 

1 – Il ne veut pas entendre parler de retraite à 39 ans…malgré trois opérations aux dos en 18 mois :

« Le retraite maintenant ? Je ne veux pas en entendre parler. Ca ne fait pas l’ombre d’un doute. Du fond du coeur, je ne veux pas m’arrêter de jouer au golf. D’un autre côté, la vie de mes enfants est beaucoup plus importante. Dans un monde idéal, je voudrais concilier les deux ».

2 – Son dos l’a contraint à l’immobilisation :

« Je faisais quelques sorties de bunker à l’arrière de ma maison. En jouant un flop shot, j’ai senti que j’avais touché le nerf et je me suis écroulé. Je n’avais pas mon téléphone portable. J’étais juste sorti m’entraîné et je me suis retrouvé par terre, sans téléphone, sans pouvoir bouger. Dieu merci, ma fille veille sur son papa. Elle est venu me voir et m’a demandé « Papa, pourquoi tu es allongé par terre ? » Je lui ai dit « Dieu merci tu es là. Est-ce que tu peux prévenir les autres à l’intérieur pour qu’il me ramène avec la voiturette ? » Puis elle m’a dit « Qu’il y a-t-il ? » Je lui ai dit que mon dos n’allait pas bien du tout. Elle m’a répondu « encore ! ».

3- Sa vie n’a pas été menée pour battre le record de 18 Majeurs de Jack Nicklaus. Il voulait le battre sur d’autres aspects :

« Ok c’est un malentendu, la plupart des gens ont une idée fausse à ce sujet. Voilà exactement ce que j’ai posté sur mon mur à propos des records de Jack, ce n’était pas seulement sur les Majeurs même si c’est vrai il y avait une ligne à ce sujet. Mes points de comparaison étaient les suivants : Première fois qu’il a joué sous les 40 sur neuf trous. Première fois qu’il a joué moins de 80 sur 18 trous. Premier tournoi remporté. Première fois sacré meilleur amateur de son Etat. Première victoire à l’US Amateur et première victoire à l’US Open. C’est tout ce qu’il y avait dans mon post. Toutes ces comparaisons étaient par rapport à l’âge lors de ces performances. Pour moi, ces chiffres ont une importance ».

4- Il a pris du recul par rapport à ses scandales extra-conjugaux…au point d’être « les meilleurs amis du monde » avec son ex-femme Elin Nordegren :

« Avec du recul, la question n’est pas de savoir si je veux changer ce qu’il s’est passé en 2009. La question est davantage de savoir comment j’aurais pu éviter que cela n’arrive. J’aurais dû avoir une relation plus ouverte, plus honnête avec mon ex-femme. Pouvoir avoir la relation que j’ai avec elle aujourd’hui c’est fantastique. C’est l’une de mes meilleures amies. On peut s’appeler comme ça et parler durant des heures. Nous savons que la chose la plus importante est le futur de nos enfants. J’aurai aimé m’en rendre compte avant »

5- Il a trouvé la manière de parler de tout ça à ses enfants

« Je leur ai dit…franchement « Ecoutez, si on ne vit pas tous ensemble sous le même toit avec Papa et Maman, c’est parce que Papa a fait des bêtises ». Je préfère leur dire comme ça avant qu’ils n’aient l’âge d’aller sur Internet ou qu’ils se fassent raconter cette histoire par la vision de leurs amis. Je préfère que ça vienne de moi plutôt que ça vienne avec le temps. Je préfère leur dire ce qu’il s’est réellement passé. Il me disent « C’est pas grave, Papa tu es humain et tous les hommes font des erreurs. » Au bout du compte,  je leur dit que malgré tout ça, ils sont géniaux, et qu’ils ont deux parents qui les aime peu importe ce qu’ils s’est passé avant ».

6- TV ou Presse écrite, il n’a pas une haute opinion des journalistes de golf

« Certains journalistes ne vont même pas sur un parcours. Ils ont juste les positions de drapeaux qu’ils regardent assis sur leur chaise. Il ne se lève pas pour arpenter le terrain même si la prise d’antenne tardive leur permet de le faire. Ils ont tout le temps d’aller voir le parcours, d’aller voir ce qu’il se passe sur les premières parties du matin, comment les joueurs jouent, comment le parcours réagit, le sens du vent etc. Bref toutes ces choses qu’il serait normal de faire. Le seul qui fait ça c’est Finchy (ndlr : Ian Baker Finch) »

7- Sa fondation a l’oreille des grands de ce monde

« Avec ma fondation, nous avons l’ambition de nous étendre à l’international. Désormais, je peux appeler Condoleezza Rice (ex-secrétaire d’Etat sous G.W Bush de 2005 à 2009). Au téléphone je peux lui demander « Comment on peut faire ça ? » Elle me répond « Ok, c’est pour quels pays ? ». Elle peut alors faire jouer ses contacts dans les ambassades, dans les universités etc. Jamais je n’aurais pu avoir ce genre de conversation quand j’étais plus jeune. Je n’avais pas gagner le droit d’avoir ce genre de conversation. Maintenant, nous avons cette légitimité. La fondation existe depuis 20 ans et nous devons gérer plus de 100 millions de dollars de dons. C’est quand même pas mal ! »

8- Sa capacité à jouer blessé l’a servi…puis desservi

« Cela a aggravé mes blessures et j’en ai payé le prix. Quand vous regardez l’US Open que je gagne sans ligament croisé au genou. Mon ACL (ndlr : ligament croisé antérieur), je me le suis rompu en 2007. Malgré ça, j’ai gagné 5 des 6 derniers tournois que j’ai joué cette année-là. L’année suivante, sur six tournois, j’en gagne quatre et je fais 2e au Masters. J’ai alors vu que je pouvais continuer à jouer blesser, que je pouvais continuer à gagner. Au bout du compte, je me faisais surtout du mal »

9- Amis avec Jason Day et Rory McIlroy dans la vie…pas encore avec Jordan Spieth

« Aujourd’hui, le joueur de qui je suis le plus proche est peut-être Jason. Je m’entends toujours très bien avec Rory et depuis quelques années je me suis un peu rapproché de Jordan notamment après avoir joué dans la même équipe de Presidents Cup. Maintenant, nous pourrions très bien avoir une discussion d’homme à homme. Je ne le connaissais pas très bien jusqu’à il y a peu. J’avais bien sûr eu l’occasion de le voir jouer mais pas d’en savoir plus sur l’homme. En le connaissant un peu, c’est un gamin très bien ».

10- Surpris par son palmarès

 » Avec le recul, je suis interloqué quand je vois le nombre de tournois que j’ai gagné. Plus de 100 à travers le monde. Quand on est dedans, on ne réalise pas vraiment. Dans un sport d’équipe c’est pareil, on ne réalise pas la série de matches que l’on a gagné. Ca vient comme ça et ça s’empile. Aujourd’hui un joueur comme Tom Brady (ndlr : joueur de football américain) ne doit pas réaliser combien de matches il a gagné dans sa carrière. Quand vous êtes dedans, vous jouez puis vous vous préparez pour la semaine suivante, vous vivez au jour le jour. Vous préparez pour un un objectif puis pour le prochain. A l’heure actuelle, je ne peux me préparer pour aucune échéance ».

11- Il n’aime pas regarder le golf à la TV

« J’ai du mal à me rappeler la dernière fois que j’ai regardé du golf à la TV. C’est quelque chose dont j’ai horreur sauf si un de mes amis à une chance de gagner. Là oui je prends du plaisir. J’ai vu Jason gagner l’USPGA mais j’avais coupé le son. D’ailleurs je regarde toujours sans le son car j’ai d’autres matches plus intéressant sur une autre télé ».

 

A propos de Hervé MARQUES

Prétendant éconduit de Natalie Gulbis, Hervé passe sa colère en envoyant des slices sur les golfs de la région parisienne. Lorsqu’il est hors d’état de nuire, vous pouvez le retrouver sous sa casquette de journaliste sur Canal+, Golf Channel…et Monsieur golf bien sûr !

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *