USPGA – 3e tour : La furie Furyk

Par le 11 août 2013
email
Print Friendly and PDF

Sur un parcours d’Oak Hill préparé de manière terrible, l’expérience de Jim Furyk a fait merveille. L’Américain de 43 ans joue 68 et prend la tête, un coup devant le solide Jason Dufner (+1). Un Moving Day  qui sourit à Rory McIlroy et surtout au jeune Jonas Blixt désormais 4e. Phil Mickelson (78), Tiger Woods (73) et surtout Justin Rose (77) perdent eux tout espoir de bien figurer.

Comme attendu, le 63 de la veille n’a pas trop plu à la PGA of America. Greens plus rapides et surtout drapeaux très compliqués, le tout assaisonné d’une pointe de vent, tout était réuni pour faire remonter les scores dans ce 3e tour.

Dans ce contexte, le premier qui dégaine est Dustin Johnson. En mode veille depuis sa victoire à Hawaï en début de saison, « Mr. Paulina Gretzsky » rend un 65, meilleure carte du jour. Un score qui lui permet de passer de +3 à -2, soit la 9e place. Un autre round comme ça ce dimanche pourrait conduire Dustin à son 1er Majeur (en plus les bunkers sont bien visibles cette fois-ci !)…

Phil Mickelson lui aussi est à l’attaque, la preuve il met un driver dans son sac (une première quasiment cet été). Le résultat est sans appel : « Sur le 4, je hooke mon drive à droite je fais 6, sur le 7 je le bloque dans le rough et je fais triple. La dernière fois que je l’ai utilisé, c’est sur le 14 où je touche l’arbre pour faire double ». Résultat une carte de 78, un score lourd certes, mais égalé par des joueurs comme Hunter Mahan ou encore Martin Kaymer.

Tiger Woods résigné

Quelques minutes plus tard, Tiger Woods rend dans le quasi anonymat une carte de 73 en ligne avec les scores de la journée mais complètement décevant à l’échelle Tiger : « On ne peut pas bien jouer toutes les semaines. Je suis moyen cette semaine, et être moyen sur un parcours comme ça, ça me coûte cher » a-t-il ajouté alors qu’il prenait la tangente sans même passer par la case practice. Provisoirement 48e à 15 coups de la tête, le n°1 mondial est peut-être en route vers son pire résultat en carrière pro en Majeur après le cut (40e au Masters 2012).

Si la défaillance de Tiger s’est fait en douceur tout au long de la semaine, celle de Justin Rose est aussi brutale que surprenante. Cinquième à -6 au départ du 3e tour, le vainqueur de l’US Open dégoupille sur un aller qu’il a pourtant massacré la veille dans des conditions soft. Neuf premiers trous joués en 29 vendredi et en 42 (!) ce samedi. Les rêves d’un deuxième Majeur s’envole en même temps que son score (+7 pour la journée, +1 total).

Un McIlroy version 2012

Rose n’est donc pas celui qui succèdera à Rory McIlroy, à vrai dire on est presque à se demander si l’ancien n°1 mondial aura un successeur au vu de la semaine qu’il nous offre.

Après s’être battu pour passer le cut la veille, le double vainqueur de Majeur envoie un 67 ponctué d’un chip rentré sur le 18. Avec deux ou trois de coups de mieux ce dimanche sur sa carte, il pourrait peut-être conserver son Wanamaker Trophy.

Il nous tarde de voir ce que va donner la partie McIlroy-Lee Westwood ce dimanche. Après une journée sans vendredi, l’Anglais s’est remis dans le sens de la marche avec un bon 68. Attention, les deux ex-n°1 ne sont qu’à sept coups à l’entame du dernier tour (Mickelson était à 6 coups au même stade à Muirfield)

Journée historique pour la Suède ?

Si pour certains le chip de Rory sur le 18 est LE coup de la journée, le recovery de Jonas Blixt sur le même trou vaut également le détour. Un coup à la Seve qui illustre bien la grâce qui a frappé le talentueux joueur du suédois de 29 ans. Connu pour son magnifique petit-jeu, le récent vainqueur du Greenbrier Classic nous a offert le round le plus spectaculaire de ce 3e tour.

Auteur de la deuxième meilleure carte du jour (66), le double vainqueur sur le PGA Tour est désormais 4e à -6, un coup derrière son imperturbable compatriote Henrik Stenson. Le feu et la glace réunis peut-être pour enfin offrir à la Suède son premier Majeur chez les hommes.

Furyk veut oublier 2012

Un peu plus tôt dans l’année, Adam Scott avait lui offert son premier Masters à l’Australie. Ajouter l’USPGA à cette année 2013 reste possible pour le 5e joueur mondial, à condition de rentrer les putts…

Ce 3e tour a en effet été un cas d’école de contamination. Impuissant à plus de 3 mètre sur les greens, l’Australien s’est progressivement détraqué au grand jeu pour finalement jouer 72 (+2). Attention tout de même à la force mentale de l’Australien, capable de sauver deux bons pars aux 17 et 18 après un double au 16.

A l’instar de Scott, Jason Dufner a lui aussi su rester dans sa partie malgré un double au 5 et surtout un putt de 50cm raté pour le par sur le 8. Le reste de la journée a tout simplement été bluffant. Une carte de 71 qui ne doit pas occulter une nervosité palpable sur certains putts.

Enfin, le grand monsieur de ce 3e tour reste sans conteste Jim Furyk. Vainqueur de l’US Open il y a 10 ans, l’Américain a tout d’abord fait preuve de résilience après deux bogeys concédés d’entrée aux 2 et 3. La suite a été solide, parfois même géniale notamment au putting avec un birdie au 17 et un par magnifiquement sauvé au 18.

Officieusement déclaré « loser of the year » en 2012, Furyk souhaite laver l’affront de l’US Open et du WGC Bridgestone Invitational. Tournoi qu’il avait laissé échapper au profit de Keegan Bradley à cause d’un double sur le 72e trou. Une 2e victoire en Majeur qui viendrait clore une disette qui dure depuis le Tour Championship 2010.

LEADERBOARD – 4e tour à suivre sur Golf + à partir de 20h

(Credits Photo : Getty)

A propos de Hervé MARQUES

Prétendant éconduit de Natalie Gulbis, Hervé passe sa colère en envoyant des slices sur les golfs de la région parisienne. Lorsqu’il est hors d’état de nuire, vous pouvez le retrouver sous sa casquette de journaliste sur Canal+, Golf Channel…et Monsieur golf bien sûr !

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *