Bay Hill – 3e Tour : Woods à 18 trous du bonheur

Par le 25 mars 2012
email
Print Friendly and PDF

Moins souverain que durant les tours précédents, Tiger Woods reste en tête de l’Arnold Palmer Invitational  (-11) grâce à une troisième carte de 71. Avant le dernier tour, l’Américain possède un coup d’avance sur Graeme McDowell et trois sur Ernie Els et Ian Poulter.

 

Tout peut arriver à Bay Hill, Tiger Woods l’a encore constaté ce samedi. En tête avec quatre coups d’avance au départ du 13, l’ex-n°1 mondial enchaîne bogey-double bogey pour voir brièvement Graeme McDowell revenir à égalité. Sur le trou suivant, Tiger corrige le tir en signant un birdie qui lui permet d’être seul en tête avant le dernier tour : « Ca fait plaisir, si je suis là, ça veut dire que j’ai bien joué toute la semaine, que j’ai été régulier. Ce n’est pas comme si je débarquais en haut du leaderboard après une carte fantastique. Si j’en suis là, c’est que j’ai fait de bonnes choses, c’est toujours la position à laquelle j’ambitionne d’être ».

 

37-2 pour Tiger le dimanche

 

Etre seul en tête sur un parcours où il s’est imposé à six reprises, la configuration est idéale pour celui qui est toujours à la recherche de sa première victoire officielle sur le PGA Tour depuis trente mois. De quel bois est fait ce Tigre là ? On le saura dans dix-huit trous, une chose est sûre, d’un point de vue statistique, Woods a souvent donné la fièvre à ses adversaires le dimanche : 37-2, tel est le ratio victoires-défaites quand Tiger est en tête après le 3e tour. Seule petite ombre dans ce scenario écrit d’avance, l’identité de son adversaire.

 

G-Mac sans crainte

 

Tiger Woods et Graeme McDowell en dernière partie, pas forcément un bon souvenir pour le Tigre. La dernière fois que les deux hommes ont été associés en dernière partie, c’était lors du Chevron 2010 où G-Mac l’avait emporté grâce un superbe putt pour birdie sur le premier trou de playoff : « Je me suis habitué à jouer avec lui (ndlr : Ca sera la 10e fois). C’est quelqu’un avec qui je prends beaucoup de plaisir à jouer, il félicite toujours ses adversaires après les bons coups, il est courtois, mais comme je l’ai déjà dit, pour moi il n’est qu’un adversaire de plus que je dois battre, tout ce que j’ai à faire c’est jouer mon jeu ».


Avantage Woods ?

 

Un plan de jeu simple et pertinent vu le niveau de golf du Nord-Irlandais cette semaine. Meilleur joueur du tee au green, G-Mac est le 1er en greens en régulation (83%, Woods est 4e avec 78%), 7e en fairways touchés (74%, Woods est 41e avec 62%) et a rentré 52 de ses 58 putts à moins de trois mètres. Oui mais voilà, des putts cruciaux, Woods a peut-être plus l’habitude d’en rentrer, surtout à Bay Hill, tournoi où sur ses six victoires, trois se sont concrétisées grâce à des putts pour birdie sur le green du 18. De l’autre côté, et même si G-Mac montre de très belles choses du tee au green depuis le début de la semaine, ses douze pars de suite hier n’augurent pas forcément d’une capacité à mettre la pression sur le Tigre grâce au putting.
Vous l’aurez compris entre les deux joueurs, il y a clairement match bien que Tiger semble avoir l’avantage du terrain, et accessoirement un coup d’avance.

 

Ernie Els bon pour le Masters ?

 

Même si la tentation est grande de vouloir faire de ce dernier tour un match à deux, il n’en reste pas moins que le meilleur joueur des quinze derniers jours est à chercher du côté de l’avant dernière partie. Troisième la semaine dernière à Innibrook, Ernie Els occupe la même place à trois coups de Tiger samedi soir. Outre, une victoire à portée pour Big Easy, c’est bien sûr de qualification pour son 19e Masters de suite dont il est question : « Je ne me suis pas penché sur les chiffres, tout ce que je sais c’est que je dois gagner ou être très proche du premier. Si j’y vais tant mieux, sinon tant pis, la chose la plus importante pour moi c’est de constater que mon jeu est de retour et que l’année qui vient s’annonce bien si je continue comme ça ». D’après les projections, une 2e place enverrai à coup sûr Ernie à Augusta, une 3e place non-partagée pourrait également le faire rentrer dans le Top 50 mondial.

 

Poulter en rêve

 

Troisième à égalité avec Els, Ian Poulter est sans doute l’homme qui rêve le plus de mettre à genoux Tiger Woods. Pas de haine ouvertement exposée bien sûr, mais d’après les bonnes feuilles du livre d’Hank Haney à paraître dans deux jours, “Ian Poulter est avec Vijay Singh, les deux joueurs que Woods détestait le plus ». Il va sans dire que l’Anglais, qui ne s’est jamais imposé dans un tournoi en strokeplay sur le PGA Tour, est plus motivé que jamais à l’idée d’enfiler la veste bleue du vainqueur…tenue assortie exigée donc pour Poults à Bay Hill aujourd’hui.
Derrière dans le peloton de tête, beaucoup de prétendants ont profité du moving day pour faire de la chute libre au classement. Charlie Wi (76), Justin Rose (74), Jason Dufner (77) et Sergio Garcia (75) semblent désormais avoir le Top 5 comme seul horizon.

[box type= »download »] Leaderboard[/box]

 

A propos de Monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.