Le retour tant attendu de The Open

Par le 14 juillet 2021
email
Print Friendly and PDF

Si une majorité d’évènements sportifs a été reportée à l’automne, deux des plus grands tournois, Wimbledon et The Open, ont fait le choix de ne pas se disputer dans le délicat contexte sanitaire de 2020. C’est donc avec une immense impatience que tout le monde attend l’édition 2021 de The Open, qui se tient sur le parcours du Royal St. George’s Golf Club, du 15 au 18 juillet prochain.

Royal St. George’s Golf Club

Enfin ! C’est le cri du cœur unanime des fans, des joueurs mais aussi de l’ensemble des suiveurs, au moment de retrouver The Open. Plus communément appelé British Open en France, il s’agit du plus grand tournoi de golf au monde. Seul Majeur hors du sol américain, il se dispute par rotation sur des parcours dont la renommée et l’histoire forcent le respect. Cette saison, c’est donc le Royal St. George’s Golf Club qui accueille la 149e édition de The Open. Situé à Sandwich, dans le sud de l’Angleterre, ce parcours mythique nourrit l’envie de croquer les joueurs, plutôt que de se faire déguster. Utilisé pour la 13e fois dans le cadre majestueux du Grand Chelem de golf, il peut s’avérer être un véritable cauchemar en cas de vent ou de mauvais temps. Il s’appuie sur un environnement naturel pour proposer vallons, rivières et autres obstacles, avec notamment le bunker le plus profond du monde au trou n°4. La dernière fois que le Royal St. George’s a accueilli The Open, c’était en 2011. Le tournoi avait alors été marqué par la très émouvante victoire du nord-irlandais Darren Clarcke, alors que quelques mois plus tôt, son épouse succombait au cancer.

Jon Rahm titré à l’US Open et enfin libéré !

The Open demeure un bastion britannique. Son dernier vainqueur, Shane Lowry, est lui-même irlandais. De manière générale, ce type de parcours aux roughs démentiels, convient plutôt bien aux joueurs européens. Parmi les favoris cette saison, figure l’espagnol Jon Rahm qui se présente en très grande forme après sa superbe victoire à l’US Open, en juin dernier à Torrey Pines. Enfin libéré, redevenu à l’occasion n°1 mondial, il possède les qualités et le tempérament pour réussir à enchaîner une seconde victoire dans les Majeurs 2021.

Cette 149e édition de The Open c’est pour chacun d’entre nous l’occasion de nous remémorer les grandes victoires du regretté Severiano Ballesteros et son célèbre coup joué à genou sous les arbres, depuis le bord d’un parking. Il est rare en effet qu’un British Open ne marque pas les mémoires, y compris pour la France. Arnaud Massy, dernier vainqueur tricolore d’un Majeur en 1907 ou encore Thomas Levet, 2e en 2002 ont marqué l’épreuve de leur emprunte. Mais que dire de l’invraisemblable 18e trou de Jean Van de Velde lors de l’édition de 1999, qui reste à jamais gravé dans les mémoires collectives. Il se passe toujours quelque chose d’hallucinant dans ce tournoi hors-norme !

The Open n’est décidemment pas un tournoi de golf comme les autres. Cette épreuve, l’une des plus anciennes du sport moderne, est un véritable graal pour tous les golfeurs professionnels. Son vainqueur entre systématiquement dans l’histoire et se voit présenté ensuite de manière unique : The Golfer of the Year !

A propos de monsieurgolf magazine

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.