Bud l’éclair !!

Par le 12 octobre 2011
email
Print Friendly and PDF

Le jeune homme ne perd pas de temps. A 21 ans Bud Cauley brûle les étapes en suscitant l’admiration des observateurs sur le PGA Tour.

Lexi Thompson, Patrick Cantlay et maintenant Bud Cauley, l’Amérique n’en finit plus de compter ses étoiles. William « Bud »Cauley, auteur d’une dernière carte de 66 au Frys.com, s’est vu remettre un chèque de 340.000$ venant récompensé sa belle 3ème place, un TOP 10 synonyme de présence garantie au Mc Gladrey Classic cette semaine.

Grâce à ce résultat, les gains accumulés lors de ses sept premiers tournois pro s’élèvent à 671.150$, soit l’équivalent de la 114ème place à la Money List. Si le natif de Jacksonville parvient à demeurer à l’intérieur de ce TOP 125 à l’issue de cette saison, il deviendra le 6ème joueur de l’histoire à intégrer le PGA Tour sans passer par la Q-School. Avant Ryan Moore en 2005, Gary Hallberg, Justin Leonard, Phil Mickelson et Tiger Woods avaient réussi cet exploit. Des résultats qui viennent récompenser le risque pris le jeune Cauley.

Un garçon sûr de son coup

En effet, en juin dernier, Bud décide de quitter l’Université d’Alabama alors qu’il lui reste un an d’études pour se lancer (avec succès) dans les qualifications pour l’US Open. Un premier Majeur conclu à une encourageante 63ème place. La suite ? Dix-sept cartes sur vingt deux dans les 60 sur le PGA Tour, 3ème au Frys.com, 4ème au Viking Classic, 13ème au Canadian Open, Top 25 au Travelers…..pour un seul cut manqué. En 7 tournois, il a pratiquement assuré sa carte, là où Moore avait eu besoin de 10 tournois, Leonard 13 et Hallberg 14. Woods et Mickelson avaient eux garanti leurs droits de jeu pour deux ans sur le PGA Tour en s’imposant, Tiger à son 5ème tournoi pro et Lefty alors qu’il n’était encore qu’amateur. Il y a quatre mois, le jeune homme était sans filet, aujourd’hui il pourrait bien pêcher un gros poisson à l’occasion de ces Falls Series, et pourquoi pas dès cette semaine avec une victoire au Mc Gladrey Classic.

Il fait trembler Ernie Els

Lors du dernier Frys.com, Ernie Els (qui partageait la partie de Cantlay) lui lança :  « Quand est-ce que tu passes pro ? » … « – Je suis pro depuis juin Ernie ». Et oui, même le train Caulay va trop vite pour Big Easy. « J’ai fait une bourde, c’est de ma faute, c’est un chouette gamin, j’ai rencontré son père, un ancien marine, je ferais mieux de ne pas recommencer. Il est très talentueux et il a un grand avenir ». Une peur plus golfique que physique car face au mètre quatre vingt-onze et cents kilos du Sud-Africain, le mètre soixante-dix et les soixante-huit kilos de Caulay ne pèsent pas lourd. Même si physiquement, Bud a besoin de s’étoffer, il figure régulièrement dans le Top 30 en matière de distance au driving. Fer en mains, c’est un orfèvre et ne pas le voir figurer dans le Top 10 des greens touchés sur un tournoi relève de l’anomalie…un peu comme si quelqu’un se décidait d’attaquer un tigre à coups de hot-dog. Un potentiel et une régularité qui font de Bud Caulay un golfeur déjà redouté sur le circuit américain.

Signe de sa réussite actuelle, le trou en un réalisé en partie d’entraînement ce mardi à Sea Island….

A propos de Monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.