Dopage : Vijay Singh a fauté

Par le 31 janvier 2013
email
Print Friendly and PDF

« A l’insu de mon plein gré ». Une formule que les règlements du PGA Tour n’entendent pas et qui pourrait conduire à la suspension de Vijay Singh.

Ce mercredi, le joueur Fidjien a en effet déclaré à Sports Illustrated avoir utilisé un spray contenant de l’IGF-1, une substance figurant sur la liste des produits interdits par le PGA Tour.

« J’utilise ce spray toutes les deux heures, tous les jours (…) lorsque j’ai reçu ce produit j’ai regardé la composition et je n’y ai vu aucune substance interdite (…) Je suis choqué et en colère de m’être mis dans cette position ».

En l’espèce, ce mea culpa de l’ancien n°1 mondial ne vaut rien face aux règles édictées par les règles anti-dopage mises en place en 2008 par le PGA Tour: « Il est du devoir de chaque joueur de vérifier qu’aucune substance prohibée n’entre dans son organisme. Si tel était le cas, le joueur ne pourrait en aucun cas plaider la négligence ou le caractère involontaire ayant abouti à la violation des règles anti-dopage ».

Hormis que Contador n’aurait pas pu faire carrière sur le PGA Tour, ce point de règlement confirme que des sanctions à l’encontre de Vijay Singh sont plus que probables.

Une faute d’autant plus caractérisée que le PGA Tour avait émis un communiqué le 11 août 2011 mettant en garde les joueurs contre un spray contenant de l’IGF-1, une substance interdite….bien qu’indétectable par les contrôles du PGA Tour.

Vijay, prochaine « victime » du sport propre ?

Le fait que The Big Fijian commande pour 9000$ de produits à une entreprise répondant au doux nom de S.W.A.T.S (Sports with Alternatives to Steroids) ne plaide pas en sa faveur.

Quand bien même Vijay se bat avec des problèmes de dos depuis de nombreuses années, ce genre de pratique titille dangereusement la frontière de la conduite dopante.

Une limite plus ténue que jamais alors que les Etats-Unis digèrent à peine les confessions de Lance Armstrong.

Joueur emblématique en fin de carrière, le PGA Tour pourrait se servir de cet écart comme d’un marqueur dans la lutte anti-dopage dans le golf…

(Credits Photo : Mark Duncan – AP)

A propos de Monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.