Farmers Insurance Open : Stanley explose, Snedeker s’impose

Par le 30 janvier 2012
email
Print Friendly and PDF

Torrey Pines sourit rarement aux golfeurs inexpérimentés, on comprend mieux pourquoi. Kyle Stanley, pourtant parfait depuis le début de la semaine, s’est laissé broyé par la pression du dimanche pour « offrir » ce Farmers Insurance Open à un Brandt Snedeker aussi brillant qu’opportuniste.

Tout commence parfaitement pourtant pour le jeune Américain de vingt-quatre ans avec deux birdies d’entrée. Mais au début du retour la machine Stanley se grippe, se racle la gorge et crache deux bogeys aux 11 et 12. Le reste du retour n’est que souffrance et c’est au prix de putts incroyables de près de cinq mètres qu’il sauve ses pars comme sur le par 3 du 16. Le par 4 du 17 ? Encore un par arraché dans la souffrance. Pendant ce temps-là, Brandt Snedeker fait birdie sur le 18 et rentre au club house avec son 67, meilleure carte du jour.

Au départ du 18, Kyle Stanley possède trois coups d’avance et Snedeker est sur le point d’apposer sa signature sur le chèque de 648 000$ promis au dauphin. La suite du scénario est à envoyer à deux cents kilomètres au nord de San Diego, dans les studios d’Hollywood. Il reste un coup de wedge de quatre vingt-cinq mètres à Stanley pour se poser n’importe où sur le green et assurer ses quatre (!) putts. Son approche pitche deux mètres derrière le drapeau mais le backspin l’amène vers l’échafaud. La balle file hors du green, hésite longtemps à se blottir dans le rough, puis vient se poser sans éclaboussures dans l’obstacle d’eau. L’édifice Stanley qui avait commencé à se craqueler se fissure devant un public incrédule. Celui qui est toujours leader à ce moment de la partie a toujours une approche de soixante-quinze mètres à jouer depuis la dropping zone et deux putts pour remporter dans la douleur sa première victoire sur le PGA Tour. La suite ? Un coup de wedge appuyé et un premier putt trop timide. La caméra ne ment pas et surprend la main de Stanley tremblotante au moment de marquer sa balle. Le putt d’un mètre cinquante en descente pour la victoire, il le rate et personne ne semble surpris. Kyle Stanley pousse sa balle dans le trou pour triple bogey et part en playoff pour la première fois de sa carrière.

 

Snedeker, roi des « comebacks »

 

A peine la balle de Stanley reposait-elle au fond de l’obstacle du 18 que Brandt Snedeker avait pris le chemin du putting green, il avait déjà tout compris. Son adversaire est trop vert, deuxième année sur le PGA Tour seulement. Stanley vient de voler en éclat. Le playoff qui oppose les deux hommes tourne court. Birdie pour les deux hommes au 18 puis place au par 3 du 16. Stanley trouve le green, Snedeker, lui, le dépasse largement. Peu importe, son approche maîtrisée se stoppe à deux mètres du drapeau. Stanley de son côté se retrouve avec  long putt à jouer, exactement le même qu’il avait eu quelques minutes plus tôt sur ce même green. La ligne est la même, la peur également, problème ce n’est plus un putter qu’il a dans son sac, c’est une croix ; la balle de Kyle Stanley s’arrête à deux mètres cinquante du trou. Placide, routine express, Snedeker rentre son par, Stanley lui rate le sien et laisse échapper la première victoire de sa carrière.

Au vu de l’incroyable scénario du 18, il serait facile de dire que Stanley a offert la victoire à Snedeker. C’est sans doute un peu vrai mais trop réducteur et ce pour trois raisons. D’une part Snedeker est en forme comme l’atteste sa bonne 8e place au Humana Challenge la semaine dernière. Autre paramètre à prendre en compte, Torrey Pines est un parcours qui lui a souvent sourit par le passé : 9e, 3e et 2e en cinq participations seulement. Enfin l’homme du Tennessee est un habitué des retournements de situation. Dès sa saison de rookie, il remonte cinq coups sur Jeff Overton pour remporter le Wyndham Championship en 2007. Enfin, ce sont six coups qu’il remonte l’année dernière à l’Heritage face à Luke Donald pour la gagne. Cinq, six et maintenant sept, ce sont au total dix-huit coups de retard qu’a dû remonter Brandt Snedeker pour remporter ses trois victoires sur le PGA Tour…Djokovic  peut aller se rhabiller.

LEADERBOARD

Rejoignez le forum de discussion avec les golfeurs passionnés du forum Golftechnic.com

[box]

Ils ont dit :

Brandt Snedeker : « Quand j’ai vu que j’avais une seconde chance, j’ai dû me déconcentrer pour réaliser qu’avec ce playoff, tout était relancé dans le tournoi. Dans cette configuration si quelqu’un devait avoir l’avantage, c’était moi car j’avais déjà gagné une fois en playoff sur le Tour. Et puis, je savais que Kyle était sûrement un peu sonné après ce qu’il lui était arrivé sur le 18 (…) Je me suis reconcentré, j’ai bien joué durant ces deux trous de playoff. J’ai raté mon tee shot sur le 18 mais je l’ai bien rattrapé avec un bon putt pour faire birdie. Sur le 16, je pensais avoir tapé une bonne mise en jeu avec mon fer 5 mais elle était un peu longue, mais encore une fois, sur ces greens difficiles, j’ai bien putté pour faire le par et gagner (…) J’ai du mal à réaliser ce qu’il s’est passé durant la dernière demie-heure, c’était dingue. J’ai une grosse pensée pour Kyle, c’est quelque chose de cruel qu’il vient de vivre ».

 

Kyle Stanley : « Le 18 n’est pas un trou compliqué, je pourrais le jouer mille fois, jamais je ne ferai 8. C’est dur à avaler mais je reviendrai ».

[/box]

 

A propos de Monsieurgolf

2 Commentaires

  1. Pingback: Actualité Golf Telex - clubs insolites… - le blog de monsieurgolf

  2. Pingback: Actualité Golf Telex - Waste Management Open – Unbeleavable Kyle Stanley ! - le blog de monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.