Galea-Woods ? « pas d’affaire » dit Greenspan

Par le 28 décembre 2009
email
Print Friendly and PDF

Les accusations de vente d’un « médicament non approuvé » au Canada retenues contre le médecin canadien du golfeur Tiger Woods, « n’ont rien à voir » avec ce dernier, a déclaré vendredi l’avocat du Dr Anthony Galea, Brian Greenspan.

« Il n’y a aucun lien avec Tiger Woods » ou « tout autre athlète » dans les quatre chefs d’accusation retenus par la justice canadienne contre le Dr Galea, a dit à la presse Me Greenspan au terme d’une brève audience vendredi devant un tribunal de Toronto. « Par conséquent, si c’est la raison pour laquelle vous êtes ici, vous devriez rentrer chez vous, car il n’y a aucun lien », a lancé Me Greenspan aux journalistes présents. Spécialiste de la médecine sportive, le Dr Galea a soigné le golfeur américain l’année dernière durant ses six mois de rééducation postopératoire, consécutive à la reconstruction de son genou gauche fin juin 2008. Il a été formellement inculpé de quatre chefs d’accusation pour vente « d’un médicament non approuvé » au Canada, l’Actovegin, un extrait sec de sang de veau censé agir sur la chaîne respiratoire des cellules et le métabolisme énergétique. Egalement interdit aux Etats-Unis, ce médicament n’est toutefois pas considéré comme un produit dopant par l’Agence mondiale antidopage (AMA).

« Les accusations ont trait à la possession, l’utilisation, l’importation et l’exportation du médicament Actovegin, bien qu’il y ait aussi un autre produit à base de plantes dont le nom m’échappe qui est aussi mentionnée », a précisé l’avocat du Dr Galea. Me Greenspan a souligné que les médecins au Canada peuvent « en toute légalité » utiliser des médicaments qui, officiellement, ne sont pas autorisés à la vente par le ministre canadien de la Santé. Dans le cas de l’Actovegin, a-t-il poursuivi, « il ne faudrait surtout pas penser qu’il y a quelque chose d’illégal qu’il soit utilisé par un médecin qualifié » au Canada, « parce que l’Amérique du Nord est en retard sur le reste du monde dans son utilisation ».

« Allez en Allemagne, allez en France, vous pouvez vous le procurer sans ordonnance au coin de la rue », a-t-il affirmé. En déposant ses accusations mercredi, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) avait affirmé que « le Dr Galea aurait également comploté en vue d’exporter ces médicaments vers les Etats-Unis ». L’audience de vendredi avait simplement pour but de permettre à la défense de prendre connaissance des éléments de preuve dont dispose la Couronne (ministère public) contre le Dr Galea. Me Greenspan a toutefois précisé n’avoir eu accès qu’à certains éléments de la preuve. « L’accusation a demandé, et évidemment nous ne pouvons nous y opposer, cinq à six semaines supplémentaires avant de revenir (devant le tribunal) pour la présentation des autres éléments », a-t-il précisé.

A propos de Olivier DOAN

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.