John Deere Classic : Feu d’artifice sur le PGA Tour

Par le 14 juillet 2012
email
Print Friendly and PDF

Après le 61 de Troy Matteson hier, c’est Jeff Maggert qui a fait le spectacle lors du 2e tour du John Deere Classic sur le PGA Tour. A 48 ans, l’Américain égale sa meilleure carte en carrière en jouant 62. Un score qui lui permet de se placer à la 2e place (-12) à un coup de Troy Matteson. Steve Stricker, bien qu’un peu en dedans, reste bien placé à -10.

 

La performance de Troy Matteson dans cette 2e journée était forcément très attendue après son 61 de la veille. Tous les joueurs vous le diront, jouer 68 après avoir joué 61 est une très bonne chose, y compris sur un parcours à birdie comme le TPC Deere Run. En restant solide, Matteson s’offre le privilège de virer en tête à mi-parcours. Attention tout de même M. Matteson, sur l’un des parcours les plus « attaquables » de l’année, le leader après le 1er tour n’a jamais remporté le tournoi !

 

Maggert remonte le temps

 

Le score de Jeff Maggert est la parfaite illustration de cette spectaculaire incertitude. Sélectionné à trois reprises en Ryder Cup (95, 97, 99), Maggert a fait birdie sur la moitié des trous sans rendre le moindre coup au parcours. Une carte de 62 loin d’être une fin pour le vétéran américain : « Aujourd’hui, je voyais bien les putts (ndlr : il en a pris 24 !). Demain je vais continuer à être agressif. Je pense que je vais avoir besoin d’une carte à -7 ou -8 pour être en course pour la victoire. Il faut ça, car ces derniers temps, les gars ont vraiment fait des étincelles ici ». C’est en effet la huitième carte de 62 ou moins rendue sur ce parcours ces cinq dernières années. La palme revenant bien sûr à Paul Goydos avec son 59 en 2010.

 

17 joueurs en quatre coups

 

Dans ce concours de fléchettes, les larges épaules de Steve Stricker ont un peu de mal à se frayer un chemin.  Chose peu commune chez lui, c’est en ratant un coup de wedge qu’il a concédé son premier et seul bogey de la journée sur son 2e trou (le 11). Celui qui cette semaine peut devenir le 5e joueur de l’histoire a remporté quatre fois d’affilé le même tournoi, a bien réagi en postant cinq autres birdies. Alors bonne ou mauvaise nouvelle ? Strick’ n’est qu’à trois coups de la tête en jouant moyennement : 35e au putting et 21e en greens en régulation. Alors soit le meilleur Stricker est à venir,  dans quel cas le quadruplé ne devrait être qu’une formalité. Ou alors, l’Américain, qui a confié être « assez nerveux par la défense de son titre »,  est tout simplement moins fringuant.

Et dans un leaderboard où les 17 premiers se tiennent en quatre coups, ils sont nombreux à pouvoir renverser le roi. A l’instar du Greenbrier la semaine dernière, le PGA Tour pourrait bien accoucher d’un nouveau vainqueur surprise. Tommy Biershenk (-10) a le profil de la belle histoire. Ce rookie de 38 ans reste en effet sur six cuts ratés. Pour rappel, le vainqueur de la semaine dernière Ted Potter Jr., d’ailleurs toujours en course à -9, restait lui sur cinq éliminations prématurées.

Sur un parcours aussi « facile », il est difficile de parler de joueurs plus dangereux que d’autres. Notons tout de même la présence dans ce groupe de tête de Robert Garrigus à -11, Ben Crane, Y.E Yang et Zach Johnson qui sont eux à -9.

[box type= »download »] LEADERBOARD[/box]

(Credits photos : Getty Images)

A propos de Monsieurgolf