Le Players : Qui pour succéder à Choi ?

Par le 10 mai 2012
email
Print Friendly and PDF

Arroseurs s’abstenir. Au menu cette semaine le redoutable TPC Sawgrass. Ce parcours signé Pete Dye, accueille le Players Championship  depuis 30 ans. Dans le meilleur champ de joueur de l’année, difficile de faire un pronostic. Woods, McIlroy, Westwood, Donald, ils sont tous là pour ce que certains considèrent comme le « cinquième Majeur ».

 

Cette semaine il faudra bien putter, cette semaine il faudra être précis au driving, cette semaine il faudra etc…Chaque week-end les joueurs nous servent, à juste titre, les mêmes rengaines. Soyons compatissants avec eux cette semaine, car toutes ces phrases réchauffées vont s’imposer à eux d’une manière implacable.

 

Un parcours taillé pour Luke Donald

 

Vous le connaissez sans doute, l’instigateur d’une des plus belles tortures de l’année s’appelle Pete Dye. Talent ou masochisme, l’architecte Américain trouve grâce aux yeux de n°2 mondial Luke Donald : « Je trouve que ce parcours est bien pour moi, j’ai de bonnes chances de gagner. Ici le petit jeu est important et bien toucher les greens est essentiel cette semaine ». A noter que celui qui tentera de reprendre la place de n°1 à Rory McIlroy a déjà fini 2e en 2005 et 4e l’année dernière.

Fataliste, Hunter Mahan ajoute même « qu’ici, vous ne pouvez pas planter le tee et fracassez toutes les balles » (ndlr : Ailleurs oui ?). Plaisanterie, mise à part, les propos du leader de la FedEx Cup nous aide à dresser le portrait-robot du vainqueur type dans le Stadium floridien.

 

Un des tracés les plus courts de l’année

 

Sur les dix derniers vainqueurs, seul Adam Scott (2005) figurait dans le Top 10 des plus longs au drive. Sur ce tracé de 7220 yards (6601 mètres), les par 4 sont en effet parmi les plus courts de l’année et les par 5 sont quasiment tous atteignables en deux. Ajouté à cela le rough et les arbres et vous obtenez un vrai concours de précision sur quatre jours. Aveu d’impuissance ou simple constat d’ancien vainqueur Tiger Woods ne dit pas autre chose : « Ici vous devez vraiment bien taper la balle, il n’y a  pas beaucoup d’options qui s’offrent à vous ici et tout le monde va jouer sur les mêmes spots, la différence se fera sur la précision ». A noter que ce concours d’adresse est le mieux doté de l’année avec un chèque d’1,3 millions d’euros promis au vainqueur.

 

Un pronostic impossible ?

 

Notre esprit cartésien voudrait qu’on accorde la primeur de notre pronostic à un véritable « sniper » fer en mains. Comment alors ne pas penser à Francesco Molinari ? Certes sa victoire à Séville la semaine dernière l’a été dans des conditions soft, mais sa 19e place au Masters est là pour rappeler que le Turinois est bien capable d’exporter sa mécanique de précision. Suivant la même logique, il suffirait de se pencher sur le Top 5 des joueurs les plus précis en greens touchés sur le PGA Tour pour trouver l’homme providentiel. A ce jeu, et il nous l’a encore prouvé dimanche dernier à Quail Hollow, Lee Westwood est ce qu’il se fait de mieux en la matière avec 74% de greens pris en régulation, juste devant Bubba Watson. Derrière suivent, Justin Rose, John Senden et Hunter Mahan.

Impossible cependant pour notre affect de mettre de côté des joueurs comme Rickie Fowler, Rory McIlroy ou encore Tiger Woods. Peut-être qu’il faudra bien s’y résoudre, ces trois hommes n’ont même pas planté le tee le week-end lors de leur dernier passage à Sawgrass*. A l’image de la victoire de K.J Choi l’année dernière, la machine à broyer de Pete Dye pourrait bien accoucher d’une autre suprise.

 

*Deux abandons de suite pour Woods en 2011 et 2010

(Credits photo : Getty Images)

[box type= »download »] TEE TIMES (+6h heure française) [/box]

A propos de Monsieurgolf