McGladrey Classic : 60 et gagne pour Tommy Gainey

Par le 22 octobre 2012
email
Print Friendly and PDF

Tommy Gainey est aussi atypique que sa victoire au McGladrey Classic. C’est en signant la meilleure carte de l’année (60) que l’Américain de 37 ans s’adjuge la première victoire de sa carrière sur le PGA Tour.

Celui que l’on surnomme Two Gloves en raison de ses gants qu’il garde même pour putter, a même dû attendre près de 2h30 au club house avant de célébrer sa victoire.

Parti avec sept coups de retard sur Jim Furyk et Davis Love III, le double vainqueur de l’émission de golf-réalité Big Break a enquillé huit birdies et une sortie de bunker rentrée sur le 15 pour eagle pour signer une carte de 60. Il égale du même coup le plus gros comeback de l’année et aurait même pu s’offrir un 59 si son ultime putt au 18 n’avait pas terminé sa course à 20 cm court de l’objectif.

Celui qui travaillait dans une usine il y a encore 10 ans est bien sûr resté sous le choc (comme nous) après cette victoire : « Je suis comme dans un rêve. J’attends juste que quelqu’un vienne me pincer ou me mettre une baffe ».
 

Année noire pour Jim Furyk

 
De baffe il n’y en aura point pour Gainey. En revanche Jim Furyk s’est pris sa cinquième grosse claque de l’année :

4e de l’US Open après été en tête à trois trous de la fin.
2e du WGC Bridgestone Invitational derrière Keegan Bradley après avoir fait double sur le 72e trou
2e du Transitions Championship
Bogey sur les deux derniers trous pour perdre son simple le dimanche en Ryder Cup face à Sergio Garcia

Un palmarès que n’aurait pas renié Raymond Poulidor pour celui qui va donc enchaîner sa deuxième année blanche de suite. Etonnant pour un joueur à 16 victoires sur le PGA Tour, et qui est cette année le 3e meilleur « scoreur » du Tour derrière Tiger Woods et Rory McIlroy.

En jouant 69 (-1), Furyk ne s’est pas proprement écroulé ce dimanche. Mais encore une fois c’est sa capacité à sortir les coups sous pression qui pose question. Nos amis de la télé américaine nous ont gavés de son hook lors du dernier US Open à l’Olympic Club sur le 16. Comme un avant-goût du tee shot embarqué sur la gauche au 17 ou de sa dernière attaque de green complètement ratée fer 9 qui aurait pu lui offrir un playoff face à Gainey.

Une dernière erreur qui lui coûte un bogey et même sa place de 2e, laquelle revient à un David Toms de feu (63). Le peut-être futur capitaine de Ryder Cup signe sur le parcours de Sea Island son meilleur résultat cette saison et s’offre son 5e Top 10.

 

Davis Love III passe à côté

 
L’hôte de ce tournoi Davis Love III est l’autre grand perdant de ce dernier tour. Co-leader avec Furyk, celui qui vit à Sea Island depuis ses 14 ans (il en a 48), a signé l’une des pires cartes de la journée en jouant 71.

Il l’avait dit lui-même, les conditions étaient idéales pour scorer. Problème, l’ancien capitaine de Ryder Cup n’a pas agressé l’aller (par), et a souffert sur le retour (+1) à cause notamment d’un double sur le 16. Love, bien placé pour remporter sa 21e victoire sur le PGA Tour, sa première depuis 4 ans, termine finalement 4e à égalité avec D.J Trahan et Brendon De Jonge.

A la décharge des hommes  de tête, et sans vouloir minimiser la perf’ de Gainey, le grain était beaucoup plus présent en fin de journée. Même chose pour le vent qui s’est renforcé de 15 km/h rendant le retour plus compliqué à négocier.

Hormis, les 50 places gagnées par Tommy Gainey (de la 106e à la 56e place), ce 3e tournoi des Fall Series profite à Kevin Chappell qui passe de la 126e à la 123e place.

Le dernier tournoi des Fall Series qui clôturera la saison aura lieu du 8 au 11 novembre chez Mickey en Floride.

Entre-temps, rendez-vous dès la semaine prochaine pour le CIMB Classic en Malaysie. Un  juteux tournoi PGA Tour co-sanctionné Asian Tour dont le tenant du titre est un certain Bo Van Pelt.

[box type= »download »] LEADERBOARD[/box]

(Credits Photo : Getty Images)

A propos de Monsieurgolf