Memorial : Woods en patron

Par le 4 juin 2012
email
Print Friendly and PDF

Tiger Woods a scellé son retour au plus haut niveau avec cette approche de folie sur le trou 16 de Muirfield Village. Une face de club ouverte comme les yeux du monde entier, une balle qui pitche juste après le rough pour venir mourir dans le trou et propulser le Tigre vers son 2e titre cette saison sur le PGA Tour, son 5e au Memorial.

 

Nicklaus : « Le coup le plus couillu que j’aie jamais vu »

 

Après avoir glané son 7e titre chez Arnold Palmer à Bay Hill, Tiger Woods a remporté son 5e succès dans l’antre de Jack NIcklaus. L’occasion pour le Golden Bear de revenir sur cette approche de Tiger Woods : « C’est le coup le plus osé, le plus couillu que j’aie jamais vu »  a commenté Nicklaus. Nous sommes sur le 16, et Woods envoie son tee shot dans le rough à 3 mètres d’un green ultra ferme, la moindre faute de contact et c’est l’eau qui irait éclabousser le rouge du polo de l’ex-n°1 mondial. La suite ? Une scène étrangement familière, une balle qui file dans le trou, fist pump pour Tiger Woods, ce poing rageur qui électrise le public comme à chacune de ses victoires. L’opposition est plus coriace qu’à Bay Hill, le cri n’en est que plus intense.

Avec 73 victoires, Woods rejoint Nicklaus

 

Ce succès est aussi le 72e du Tigre sur le PGA Tour. A 36 ans, il rejoint ainsi le total de Jack Nicklaus, qui avait atteint cette marque à 46 ans en remportant son 6e Masters. Alors qu’il manque quatre succès en Grand Chelem à Woods pour atteindre les 18 Majeurs de son illustre aîné, les 82 victoires sur le PGA Tour de Sam Snead semblent autrement plus accessibles. Un total que Snead avait atteint à 40 ans. « Rejoindre Jack, c’est très bien, mais je n’ai que 36 ans, et j’ai encore de belles années de golf devant moi »  a par ailleurs souligné Tiger quelques instants après reçu les franches félicitations de Nicklaus à la sortie du 18.

 

Sabbatini et Levin n’ont rien pu faire

 

A chacune de ses victoires au Memorial, Tiger Woods rentre une approche le dimanche, notamment au 14. Celle rentrée au 16 venait confirmer une série de trois birdies sur les quatre derniers trous. Spencer Levin, lui ne semble clairement pas avoir la carrure pour supporter la pression d’un dimanche en tête. Après avoir dilapidé son avance de six coups à Phoenix en début d’année, le jeune Américain, leader avec quatre coups d’avance sur Woods, a tenu bon sur l’aller (-1) avant de rendre quatre coups du 10 au 13 et de scorer 75 pour finir 4e.  L’édifice Rory Sabbatini a lui été plus solide (72). Encore en tête avec deux coups d’avance avant la fabuleuse série de Tiger à partir du 15, le Sud-Africain n’a rien pu faire et a même dû rentrer un  putt crucial sur le 18 pour assurer sa 2e place à -7 en compagnie d’Andres Romero. Auteur de la meilleure carte du jour (67) en compagnie de Woods, Greg Owen et J.B Holmes, la talentueux Argentin réalise en grand style son 1er Top 10 cette saison.

 

Woods favori de l’US Open ?

 

Plus tôt cette année, Tiger Woods avait triomphé à Bay Hill avant de réaliser son plus mauvais Masters (40e) deux semaines plus tard. C’est justement la durée qui nous sépare du prochain Majeur : l’US Open à l’Olympic Club de San Francisco, « un parcours sur lequel il faut très bien driver et avoir un très bon jeu de fer » a confirmé Tiger Woods en guise de réponse à la question d’un journaliste qui le voyait déjà comme favori de la prochaine levée du Grand Chelem. En ne ratant qu’un fairway ce dimanche et étant le joueur le plus précis de la semaine fer en mains ( 73,6% de greens touchés), le désormais 3e de la FedEx Cup semble avoir le jeu pour aller chercher son 15e Majeur. Le jeu, il l’avait déjà en 2009, dernière grande année du Tigre (6 victoires) durant laquelle il avait justement gagné à Bay Hill et au Memorial avant de finir 6e à l’US Open. Une chose est sûre, les propos de Woods sont encore plus assurés qu’après sa victoire chez Arnold Palmer en mars dernier : « Comme dirait Sean, ma balle était sur une corde aujourd’hui. J’ai très bien joué, aujourd’hui c’est simple je n’ai pas raté un coup ».

 

Luke Donald n’en a pas raté beaucoup également ce dimanche. Le n°1 mondial rend une dernière carte de 68 et finit 12e à huit coups de Woods. Premier Européen de ce classement à la 8e place, Justin Rose a amélioré son score toute la semaine et conclut sur une carte de 69.

 

Déception pour le public Américain avec la noyade dominicale de Rickie Fowler. Le jeune Californien, qui partageait la partie de Woods, s’est bien lâché avec une carte de 84, soit quinze coups de plus que la veille. Semaine à peine plus reluisante pour le tenant du titre Steve Stricker qui finit 50e à +6.

 

(Credits Photo : Reuters & SI)

[box type= »download »] LEADERBOARD[/box]

 

A propos de Monsieurgolf