Nicolas Colsaerts : « Le parcours ? Il faut savoir en rire »

Par le 16 juin 2012
email
Print Friendly and PDF

Nicolas Colsaerts (+1, 4e) 

“Sur ce parcours, il faut savoir rire de certaines situations, que ce soit un mauvais break ou un mauvais kick. La patience c’est très important c’est sûr. Mes six derniers trous ont été les plus difficiles. Je savais que ces trous allaient soit rendre ma journée bonne soit mauvaise. Même quand je ratais le birdie sur certains trous, je savais qu’en restant pas loin du par, je pouvais envisager le week-end avec optimisme et c’est ce que j’ai fait. »

Tiger Woods (-1, 1er)

« Ce tournoi, c’est un peu un chemin de croix, c’est assez particulier. Vous devez rester patient, focaliser sur le moment présent et vous devez enchaîner les pars. Ce n’est pas un tournoi où vous partez à la chasse aux birdies. Avec le par vous êtes dans le coup ici. Je suis en bonne position, je suis a égalité en tête, on verra comment David Toms va terminer sa partie (ndlr : il terminera sa partie à égalité avec Woods). Mais ça va, j’envisage demain avec sérénité et  vu que je pars tard, je vais pouvoir bien me reposer ».

Luke Donald (+11, MC)

“J’ai un peu mieux joué aujourd’hui, c’est une petite consolation. Mais c’est surtout à cause d’hier que je rate le cut. J’étais un peu éteint, et quand c’est le cas vous êtes vite broyé sur un parcours d’US Open. Jeudi j’ai dû rater quelque chose comme neuf putts à moins de trois mètres. La vitesse, la bonne lecture, je n’avais ni l’un ni l’autre. Si j’avais un peu mieux putté hier, j’aurais peut-être passé le cut et j’aurais pu même me placer pour le week-end. Mais ça n’a pas été le cas, je vais apprendre de mes erreurs pour revenir plus fort la prochaine fois.(…) Les Majeurs ? Oui c’est sûr c’est une partie de mon cv que j’essaie de remplir, surtout depuis ces deux dernières années pendant lesquelles j’ai beaucoup progressé. Cette progression je dois la poursuivre, cette victoire en Majeur je la veux plus plus que tout, je vais m’accrocher pour y arriver ».

Graeme McDowell (+1, 4e)

« Ma journée s’est très bien passée comme celle d’hier. Pour être honnête, je pense juste à m’amuser sur le parcours. Ce parcours c’est juste une torture vous savez.Les greens étaient beaucoup plus réceptifs ce matin (ndrl : vendredi matin)  que jeudi après-midi. Mais vers la fin de ma partie les conditions étaient déjà très fermes et je me suis retrouvé dans la pire position. Dans des conditions fermes, j’ai dû terminer par l’enchaînement du 1 au 6, dans ces conditions, ces trous-là sont un test incroyable.(…) Je vais vous dire la vérité, si vous m’aviez offert une carte de  +1 aujourd’hui, j’aurais dit ok pas de problème, surtout après les parties que j’ai vues hier après-midi et en sachant que je partais du 9. Je suis très heureux de là où je suis au classement ».

Jim Furyk (-1, 1er)

« Je me sentais à peu près comme hier. Lors du 1er tour, j’avais raté quelques coups mais j’ai pas été déçu par mon score. Aujourd’hui ça s’est encore mieux passé, le score est bon, j’ai pu garder la balle en jeu et toucher quelques greens. Ce week-end, j’aurais surement mieux la vitesse des greens dans les mains et ca devrait se voir notamment sur les putts à mi-distance, ceux que je ne dois pas rater. Sinon dans le jeu ça va, je contrôle bien ma balle et je vais en avoir besoin car les conditions vont encore se durcir ce week-end ».

Matteo Manassero (+5, 29e)

“J’adore cette atmosphère avec le public etc..on dirait qu’ils prennent autant de plaisir que moi. J’aime beaucoup le parcours aussi, il est très ferme et très rapide. A chaque trou, on se bat pour le par, on se bat même pour rester dans le par pour la journée. Ca n’arrive qu’une fois par an, c’est sympa. »

David Toms (-1, 1er)

« Quelque soit le joueur qui gagnera ce tournoi, ça sera un grand champion, en tout cas je pense que ça sera quelqu’un qui a déjà gagné sur le tour avant, quelqu’un capable de gérer ses émotions, quelqu’un capable de gérer la tension d’un US Open, un joueur d’expérience. Mais bon on sait jamais, on a déjà vu des surprises, mais dimanche soir je pense que les plus expérimentés seront en haut du leaderboard ».

Phil Mickelson (+7, 51e)

« Remonter huit coups, ça va être difficile. Tiger tape vraiment bien la balle, Jim Furyk est très solide et je ne pense pas qu’ils vont faiblir. Avec tout ça, je pense que je vais devoir jouer sous le par pour me relancer mais sur ce parcours c’est très difficile. La plupart du temps vous avez des putts de 12-15 mètres à jouer et on ne peut pas dire qu’il y ait beaucoup de trous à birdies ici ».

Charl Schwartzel (+3, 9e)

« C’est très dur. Il y a quelques trous même beaucoup de trous où vous vous accrochez juste pour sauver votre par. Mais en réalisant des très bons coups, là oui vous pouvez avoir des chances de birdies. C’est ce que je vais essayer de faire pour remonter aux alentours du par. Il faut prendre le parcours comme il est. Je ne pense pas qu’un joueur puisse le dompter ».

Padraig Harrington (+4, 18e)

« Je suis dans ce qu’on pourrait appeler, le groupe des poursuivants. Mais je vais avoir besoin de gagner quelques coups pour revenir dans le par, il va falloir que je fasse des birdies ce week-end, j’en ai déjà fait quelques-uns. J’ai fait des bogeys aussi, mais sur ce parcours c’est inévitable. Parfois, vous êtes persuadés d’avoir joué le bon coup mais finalement vous n’êtes pas en bonne position. Tout ça pour dire qu’il va falloir que je fasse des birdies, du moins plus de birdies que de bogeys, quatre de plus ça serait bien ».

Beau Hossler (+3, 9e)

“J’étais très excité d’être en tête mais je savais que j’avais encore quarante trous à jouer dans ce tournoi. Il ne faut pas trop se reposer sur ses lauriers ici, il faut vite se remettre en question parce qu’il y a des pars à sauver sur tous les trous,  surtout du 1 au 6 où c’est très difficile ».


A propos de Monsieurgolf