Northern Trust Open : Preview

Par le 15 février 2012
email
Print Friendly and PDF

Après Pebble Beach, les joueurs du circuit américain sont à Riviera, un autre parcours mythique du PGA Tour qui accueille le Northern Trust Open.

 

Le champ de joueurs présents cette semaine est à la hauteur, avec huit des quinze premiers joueurs mondiaux présents sur le parcours Californien, surnommé « Hogan’s Alley » en hommage à Ben Hogan qui, en dix-huit mois, avait remporté trois succès sur ce parcours, le Los Angeles Open à deux reprises et surtout l’US Open 1948.

 

Niché au milieu des collines dans la banlieue chic de Los Angeles, le parcours de Riviera est un des plus redoutables de l’année. Hors Majeur, ce par 71 est le plus dur que les joueurs aient eu à affronter en 2011. Mention spéciale au trou n°10, un par 4 de seulement 288 mètres. Sur ce trou, que Jack Nicklaus qualifie comme « un des dix plus beaux par 4 joué en Majeur », les joueurs peuvent aussi bien repartir avec un eagle qu’avec un double bogey.
Autre piège : les petits greens torturés de Riviera. Ces derniers peuvent se transformer en véritable patinoire par temps sec. Demandez donc à Brendan Steele, qui a eu le malheur de prendre six putts sur le green du 18 l’année dernière.

 

Solides références requises

 

Un piège dans lequel vont sûrement tomber les novices. En effet, mieux avoir de l’expérience dans le sac pour exister sur l’antre de Ben Hogan. Une stat ? Vingt et un des vingt-trois derniers vainqueurs comptaient au moins une victoire sur le PGA Tour. Un exemple ? Tiger Woods (décidément ce n’est pas sa semaine). C’est ici que le Tigre a fait ses grands débuts sur le PGA Tour en 1992 alors qu’il était encore un amateur de 16 ans. Malgré son talent et deux cartes honorables de 72 et 75, le futur meilleur joueur du monde avait raté le cut.

Riviera, premier parcours du PGA Tour foulé par Tiger Woods en 1992. Encore amateur, le Tigre y avait raté le cut.

Parmi les impétueux présents cette semaine, notons la présence de Patrick Cantlay et Jordan Spieth. Respectivement n°1 et n°2 amateur, les deux jeunes Américains bénéficient d’une invitation pour éventuellement faire mentir les stats.
L’autre extrême c’est Fred Couples. C’est la trentième fois que l’ancien n°1 mondial prend à un tournoi qu’il a gagné à deux reprises et où il a terminé trois fois 2e. Alors Freddie vainqueur à Riviera à 52 ans ? Pourquoi pas. Pour rappel, c’est lui qui menait le tournoi avant le dernier tour l’année dernière, pour finalement finir à cinq coups du futur vainqueur Aaron Baddeley.

 

Du très lourd chez les « Internationaux »

 

Le tenant du titre, très en vue à Pebble Beach (4e), fait partie des favoris cette semaine. Un statut d’autant plus justifié que les doublés sont monnaies courantes ces dernières années à Riviera. Mike Weir s’y était imposé en 2003 et 2004. Un passé qui n’a d’ailleurs pas ému les organisateurs, qui ont refusé d’octroyer une invitation au Canadien. Phil Mickelson, vainqueur en 2008 et 2009, est lui aussi de la partie avant de prendre une semaine de vacances en famille.

Des vacances, Adam Scott en a pris, même plus qu’espéré. Un break de trois mois pour le n°8 mondial dû notamment à des amygdales douloureuses, un mal récurrent chez lui depuis deux ans.

Ces petits « bobos » ne sont rien à côté des peines de cœur qui ont pourri la carrière de Sergio Garcia. Mais El Niño a enfin trouvé une Valentine et le chemin du succès, avec deux victoires coup sur coup sur ses terres en octobre dernier. Une deuxième carrière en quelque sorte pour l’Espagnol, 83e mondial il y a un an, et désormais à la 17e aujourd’hui.

Un classement mondial toujours dominé par Luke Donald. Le Britannique revient aux affaires sur le PGA Tour après une première apparition timide à Abu Dhabi (48e). Rentrée des classes également pour Jason Day, brillant 2e il y a dix jours au Qatar.

A propos de Monsieurgolf

1 Commentaire

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.