Northern Trust Open : Spectacle garanti à Riviera

Par le 13 février 2013
email
Print Friendly and PDF

C’est le moment d’en profiter.

La rengaine des soldes s’applique également sur le PGA Tour. En effet, Brandt Snedeker est absent cette semaine et même pour les trois suivantes à cause d’une blessure.

Ce Northern Trust Open s’annonce donc très ouvert, d’autant plus que de nombreuses têtes d’affiche font leur rentrée.

En guise de mise en jambe pour le WGC Accenture Match Play de la semaine prochaine, la Hogan’s Alley accueille Graeme McDowell, Ernie Els, Adam Scott et Luke Donald, joueurs ayant connu des fortunes diverses sur le tracé californien.

La semaine de Sergio Garcia ?

G-Mac revient à Pacific Palisades pour la première fois depuis 2009. La dernière étape de cette tournée Californienne ne lui a jamais vraiment souri avec deux cuts ratés et une 41e place.

Pour Scott et Garcia, c’est une autre histoire puisqu’on peut les considérer comme de sérieux outsiders cette semaine.

Le héros malheureux du dernier Open Britannique  reste sur deux Top 20 lors de ses trois dernières apparitions. Une épreuve qu’il avait d’ailleurs remporté en 2005.

Deux ans plus tard, Garcia avait fini 4e. Le Valencien, avait déjà choisi de faire sa rentrée au Northern Trust l’année dernière, un choix judicieux puisqu’il avait fini 4e à deux coups de la tête, malgré un catastrophique 76 le vendredi. Vu le niveau affiché en ce début d’année sur le Tour Européen, le 14e mondial a tout pour s’imposer une nouvelle fois cette semaine.

Sur un air de Masters 2011 ?

En plus d’Adam Scott, Jason Day et Charl Schwartzel pourraient nous offrir un remake du podium du Masters 2011.

Day reste sur une bonne semaine à Pebble Beach (6e) et que dire du sud-Africain, seul joueur à pouvoir rivaliser ces derniers mois avec la régularité de Brandt Snedeker.

L’ancien vainqueur à’Augusta reste en effet sur une 2e place et deux victoires.

Enfin l’autre argument qui plaide pour Schwartzel, c’est la présence de la fameuse herbe kikuyu : « C’est un type d’herbe que l’on retrouve beaucoup en Afrique du Sud.C’est une herbe vraiment pas évidente et j’ai la chance d’y être habitué. En général les joueurs Américains la joue une fois par an à Rivera donc c’est peut-être un avantage pour moi ».

Plus spectaculaire qu’en 2012, impossible ?

Un rough piégeux et des greens plus petits que la normale et vous obtenez l’un des tournois les plus ouverts de la saison. Huit des vingt derniers vainqueurs sur ce tracé ne sont pas Américains, justement en raison des spécificités de ce parcours mythique.

Une opposition USA Vs. Reste du monde pour la victoire est donc très probable et ça ne serait pas pour nous déplaire après le scénario à couper le souffle de l’édition 2012.

Keegan Bradley et Phil Mickelson avait tous deux signés un birdie improbable sur le terrible 18 pour rejoindre Bill Haas en playoff. A la surprise générale, c’est ce dernier qui glaçait les deux hommes sur le deuxième trou de mort subite en enquillant un putt de 13 mètres pour eagle.

Après trois tournois dépourvus de suspense, on signerait de suite pour un scénario identique.

1er tour sur Golf + (21h)

 

A propos de Rédaction Monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.