PGA Tour – Les plus beaux coups de l’année (n°7)

Par le 15 décembre 2011
email
Print Friendly and PDF

Le PGA Tour a sélectionné les 10 plus beaux coups de l’année sur le circuit Nord-Américain. Tous les jours de la semaine jusqu’au week-end de Noël, Monsieur Golf vous les raconte et revient sur l’année de son auteur.

Prendre trois putts personne n’aime ça. L’amateur, même éclairé passe souvent par là, même le pro. Alors imaginez un peu, Luke Donald a lui enchaîné 483 trous sans prendre 3 putts, l’équivalent de vingt-sept journées de golf sans connaître la tentation de casser son putter. Mieux, le n°1 mondial ne se contente pas de pousser la balle dans ce fameux cercle de sécurité façon curling. Nous sommes au McGladrey Classic, le Britannique est alors devancé par Webb Simpson à l’Ordre du Mérite Américain avant d’entamer les neuf derniers trous du retour. C’est alors qu’il décide d’enchaîner cinq birdies du 10 au 14. Un sixième ? Pourquoi pas ? Pour ça Luke Donald doit rentrer cette ficelle de 14 mètres. Bingo !! Six birdies de suite, il remporte le tournoi et par la même occasion la Money List du PGA Tour. Comme souvent le meilleur joueur du monde est souvent le meilleur putter du monde.

[vsw id= »_NyKlqu7Kwk » source= »youtube » width= »425″ height= »344″ autoplay= »no »]

Des « stats » hallucinantes

Et ce n’est pas seulement grâce à son putting que Luke Donald à remporter la Money List en Europe et aux Etats-Unis. Celui qui a été élu joueur de l’année cette semaine, n’a certes pas la puissance de Rory McIroy, son challenger le plus sérieux à l’heure actuelle, mais pour le reste c’est du très solide :

–          1er à la moyenne de score avec 68,86 (soit un coup de mieux en moyenne par jour comparé à 2009)
–          147e de moyenne en distance au drive avec un moyenne de 260 mètres (284 yards) soit une bonne quinzaine de mètres en moins que Rory McIlroy. Pour info, la vitesse de son petit R11 est de 186 km/h…pourtant on nous interdit de les flasher, il y a vraiment une justice à deux vitesses !!
–           57e en précision au drive avec  64% de fairways touchés. C’est, en règle générale, le premier secteur de son jeu qui flanche quand il est moins bien, comme lors de ces neuf derniers trous le jeudi lors de la grande finale à Dubaï.
–          41e de greens touchés en régulation avec 67,3% alors qu’il naviguait au-delà de la 150e place ces deux dernières années. Quand il touche le green, Donald est le 9e joueur le plus précis avec ses fers.
–          2e à 115 mètres (125 yards). Mieux, à cette distance, il fait birdie une fois sur trois, personne ne fait mieux
–          2e en scrambling. Même quand il rate le green en régulation, il réussit à faire le par (ou mieux) deux fois sur trois
–          5e en sand saves avec 59%. Grosse baisse de régime, Donald était 1er en 2009 (64,43%) et en 2010 (66,39%), honteux !
–          1er au putting . Il gagne en moyenne trois coups et demi sur les autres joueurs sur chaque tournoi. « Luuke » n’a raté aucun de ses 529 putts à moins d’1 mètre, raison pour laquelle le « 3 putts » est une notion abstraite pour lui. Entre 3 et 5m, Luke Donald reste perfectible (115e)…on se console comme on peut.

A propos de Monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.