Russian Open, entre guerre et école des fans

Par le 25 juillet 2014
email
Print Friendly and PDF

davidH

« Je ne joue pas dans un pays en guerre » a lâché laconiquement Thomas Levet, pour expliquer son absence du Russian Open. Venant après une série de gros tournois, victime de problématiques géopolitiques majeurs, le Russian Open est loin de faire le plein, mais les joueurs présents, 113 au départ, dont une pléïade de joueurs locaux, pas forcément au niveau, ont l’avantage de pouvoir marquer des points facilement, avec un cut concernant 66 joueurs, scorant +2 ou mieux. Sans doute, le cut le plus facile à passer de la saison, vu le plateau de joueurs, mais cela n’aura pas suffit à Alexandre Kaleka qui échoue pour un coup.

Au contraire les deux autres Français engagés, Edouard Dubois (-4) et Adrien Saddier (-2) pourront profiter du week end pour s’approcher du top 10, situés à -5 après les deux premiers tours. Pour la gagne ou pour le podium, cela sera plus délicat.

L’Anglais David Horsey a déjà placé la barre à -11 après 36 trous, et truste la première place, avec deux coups de mieux que son outsider, le jeune Belge Thomas Pieters (-9). Peter Whiteford et Gary Boyd se partagent la troisième place en -7.

>>Leaderboard

Crédits Photos : Getty Images

 

A propos de Damien Caron

Véritablement passionné par tout ce qui touche la petite balle blanche, Damien suit depuis plus d'une décennie l'actualité des circuits pro, les nouveautés matériel, l'évolution de la sphère web golfique, et le développement du golf en France.

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.