Ryan Moore comme chez lui à Vegas

Par le 8 octobre 2012
email
Print Friendly and PDF

Une semaine après la Ryder Cup, c’est encore un matchplay qui a décidé du sort de ce Justin Timberlake Shriners Hospital for Children Open. Ryan Moore, Brendon De Jonge se sont en effet rendu coup pour coup dans cette dernière journée et c’est finalement l’Américain qui a eu le dernier mot.

 

Sortir le coup qu’il faut au moment où il faut. C’est souvent ce qui sépare un vainqueur de tournoi d’un autre joueur. Nous sommes sur le 16, Brendon De Jonge et Ryan Moore sont à -23, loin devant un Jonas Blixt qui n’a pas existé ce dimanche. Le Zimbabwéen égare son tee shot sur la droite, Moore l’envoie lui plein fairway. Le diplôme d’UNLV (University of Nevada Las Vegas), saisi alors son fer 4 pour attaquer ce par 5 en deux malgré les 213 mètres et l’obstacle d’eau qui défend le green.

Le coup est parfait, deux putts puis birdie pour Moore, Brendon De Jonge, incapable de s’approcher des mâts sur les deux derniers trous ne reverra jamais l’homme de Vegas. Toujours aucune victoire donc pour le Zimbabwéen en 146 tournois sur le PGA Tour « ça commence à me trotter dans la tête même si j’ai bien joué cette semaine » a-t-il confié à sa sortie du green. Cette 2e place reste pour l’heure son meilleur résultat sur le PGA Tour.
 

Ryan Moore dans les 30

 
La prise de risque a donc été payante pour Ryan Moore qui s’adjuge à domicile son 2e titre sur le PGA Tour après le Wyndham Championship en 2009. Oui seulement deux victoires pour ce joueur très régulier de bientôt 30 ans qui totalise au moins une place de 2e chaque année depuis son arrivée sur le circuit principal en 2005.

Le problème pour lui jusqu’à maintenant est qu’il était un des joueurs les moins efficaces sur les greens le dimanche (161e). Une faiblesse qu’il a bien cachée en étant le 2e meilleur putter sur l’ensemble de la semaine, ça tombe bien ce tournoi chez lui dans le Nevada était semble-t-il le dernier de sa saison : « Je suis très satisfait d’avoir gagné devant ma famille et mes amis. J’ai mon premier bébé qui est en route, il devrait arriver d’ici 25 jours, donc le golf ça suffit pour cette année ».

L’Américain a le sens du timing puisque cette victoire lui permet d’intégrer le Top 30 de la Money List du PGA Tour (25e). Une place, qui si elle venait à se confirmer en fin d’année, lui offrirait notamment le droit de disputer le Masters et le PGA Championship l’année prochaine.

 

Le rush de Jason Day

 

Des tournois Majeurs qui pourraient bien redevenir un objectif pour Jason Day. L’Australien a joué son meilleur golf de l’année cette semaine et aurait même pu nous offrir le comeback de la saison. Parti avec sept coups de retard sur les leaders, l’Australien est revenu à deux coups après son aller.

Grâce à neuf premiers trous joués en 28 (-7), Day a même cru un temps pouvoir jouer dans les 60 pour gagner le tournoi : « Après mon aller, je visais 59 car je pensais que ça allait se gagner en -24 (ndlr : ça a été le cas). Malheureusement sur le retour je n’ai pas su convertir les opportunités qui se sont présentées ».

En effet, un seul birdie au 16 provoquera la frustration de l’Australien qui laissera même échapper la 3e place au profit de Jonas Blixt à cause d’un double au 18.

Un peu plus bas au classement, le joueur le mieux classé en lice cette semaine, Nick Watney termine 10e. Enfin encore un dimanche difficile pour Davis Love III qui joue 76.

A noter que trois tournois restent à jouer dans ces Fall Series 2012 et quelques grands noms n’ont toujours pas garanti leur place dans le Top 125. Camilo Villegas et John Daly n’ont par exemple toujours pas garanti leurs droits de jeu pour 2013.

[box type= »download »] LEADERBOARD[/box]

(Credits Photo : Getty Images)

A propos de Monsieurgolf