Seung-Yul Noh : Décryptage du phénomène

Par le 28 avril 2014
email
Print Friendly and PDF

-c- Chris Graythen

Seung-Yul Noh est devenu dimanche le 5e joueur né en Corée à s’imposer sur le PGA Tour*. Le jeune homme de bientôt 23 ans a tout pour faire aussi bien que ses aînés, et pourquoi pas devenir le 2e joueur asiatique à triompher en Majeur après YE Yang au PGA Championship 2009 ?

Retour sur les ingrédients de son succès au Zurich Classic, une recette qui pourrait le permettre d’aller encore plus haut que le Top 100 mondial qu’il vient d’intégrer grâce à cette victoire.

Long au drive

Noh n’a pas eu à rougir de la comparaison avec son partenaire de jeu dimanche Keegan Bradley. En effet, à l’instar de Ryo Ishikawa, le Coréen est très long au drive. Un avantage que n’avaient pas les joueurs asiatiques de la génération précédente. Sur le TPC Louisiana, ses 304 yards de moyenne (278 mètres) en ont fait le 4e joueur le plus long de la semaine.

Efficace autour des greens

Son dernier round était un vrai clinic de chipping. 31e en scrambling sur le PGA Tour, Noh possède un talent créatif quasi inné atour des greens. On ne gagne pas l’Ordre du Mérite de l’Asian Tour à 19 ans sans être un des tous meilleurs dans ce secteur de jeu.

Si d’aventure, il venait à se qualifier pour le prochain US Open (12-15 juin), il pourrait être très dangereux. En effet Pinehurst n°2 et le TPC Louisiana ont en commun d’avoir beaucoup de run-offs autour des greens, comprenez des pentes font glisser les balles en dehors des greens à cause de l’aspect bombé de ces derniers. Un terrain sur lequel s’est régalé le Coréen cette semaine.

Un talent qui voyage bien

Celui qui fêtera ses 23 ans dans un mois a déjà gagné sur les plus grands circuits.  En 2008 sur l’Asian Tour alors qu’il n’avait que 17 ans, à 18 ans sur l’European Tour en remportant le Maybank Malaysian Open 2010. S’en sont suivi ensuite sa victoire sur le Web.com Tour l’an dernier et donc celle au Zurich Classic sur le PGA Tour ce dimanche.

Savoir exprimer son talent sur son circuit est une chose (Manassero, Ishikawa etc…), savoir l’exporter en est une autre.

Un mental d’acier

Leader pour la 1ère fois un dimanche sur le PGA Tour, Noh a, au pire, semblé un peu nerveux mais jamais tétanisé. Il aurait pu accuser le coup après son premier bogey de la semaine concédé dès le 1er tour du dernier tour. Il n’en a rien été.

Un temps rejoint par ses adversaires, Noh a récité sa partition sur le retour. Osant même un lob shot joué sans retenue sur le 17. Le même genre de coup qu’il avait produit pour remporter le Maybank Malaysian Open en 2010 alors qu’il était à la lutte face à KJ Choi.

La dernière preuve de sa force mentale nous vient des chiffres. Le désormais 16e de la FedEx Cup est en effet leader du bounce back, soit la capacité à faire birdie après avoir perdu un coup sur le trou précédent. Chose qu’il fait quasiment une fois sur trois.

La chance

Oui il en faut un petit peu. Prenez Jordan Spieth. Le Texan avait rentré une sortie de bunker chanceuse sur le dernier trou au John Deere pour aller en playoff et remporter sa 1re victoire sur le PGA Tour.

Dimanche au Zurich, Noh a notamment vu un chip délicat stoppé par le mât alors qu’il aurait pu faire l’essuie-glace sur le green du 13. Dans ce dernier tour, le nouveau 88e mondial a en outre pu bénéficier de la ligne de putt de Keegan Bradley a de nombreuses reprises (sur le par 3 du 9 par exemple).

Le putting ?

167e au putting l’an dernier, Noh a semble t-il ciblé sa faiblesse. 11e meilleur putter au Zurich Classic, Noh avait opté pour un nouveau modèle de putter (pas un modèle YES hein ?). Exit le Nike Method 006 et place au Method 005. Un modèle maillet qui absorbe davantage les vibrations à l’impact. Si ses progrès se  confirme dans les prochaines semaines, Noh pourrait faire mal dans d’autres tournois.

Leaderboard Zurich Classic

*KJ Choi, YE Yang, Sang-Moon Bae et l’Américain Kevin Na

(Credits Photos : Chris Graythen)

A propos de Hervé MARQUES

Prétendant éconduit de Natalie Gulbis, Hervé passe sa colère en envoyant des slices sur les golfs de la région parisienne. Lorsqu’il est hors d’état de nuire, vous pouvez le retrouver sous sa casquette de journaliste sur Canal+, Golf Channel…et Monsieur golf bien sûr !

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.