Tiger Woods à l’assaut du Capitole

Par le 28 juin 2012
email
Print Friendly and PDF

Le Congressional Country Club est dans toutes les mémoires pour avoir abrité le premier sacre Majeur de Rory McIlroy. Vous savez, ce Nord-Irlandais qui découvre les plaisirs de l’amour depuis 6 mois et qui depuis « s’entraîne moins intensément ». Pendant ce temps-là, Tiger Woods cravache dur avec Sean Foley et aspire à remporter son 3e succès cette année sur le PGA Tour à l’occasion de l’AT&T National.

 

Cette semaine, pas de McIlroy au programme et pour cause, l’Irish Open revient à chez lui en Irlande du Nord (au Royal Portrush) pour la première fois depuis de longues années. Mais l’absence du n°2 mondial n’est pas la seule différence par rapport à l’US Open 2011.

 

Un « vrai » parcours d’US Open ?

 

Décriée l’année dernière pour sa préparation du parcours trop clémente, l’USGA a durci le ton cette année. Le Congressionnal va donc plus ressembler à un parcours d’US Open que lors du dernier US Open joué dans la banlieue de Washington. Ce choix en a surpris plus d’un durant les parties d’entraînement, à commencer par Jim Furyk, l’un des favoris cette semaine : « Les lignes sont les mêmes que l’année dernière mais le parcours est beaucoup plus ferme. Quand j’ai vu ça  je me suis « waouu, va falloir que je sois prêt », la semaine s’annonce plus compliquée que prévue ». Le -16 de McIlroy de l’an passé n’est donc pas prêt d’être approché, même si Woods ,taquin en conférence de presse, a avoué qu’il aimerait « aller plus bas ».

 

Woods favori, un mauvais signe ?

 

Seul homme avec McIlroy à avoir rendu une carte à deux chiffres sous le par lors d’un US Open, Woods peut même se considérer comme le tenant du titre sur le parcours de Bethesda. Certes, le tracé a beaucoup changé (aujourd’hui par 71 de 6546 mètres), mais Woods reste le dernier vainqueur de l’AT&T National ici au Congressionnal avec une victoire d’un coup en 2009.

Woods nous a montré pendant deux jours à l’Olympic Club qu’il pouvait tirer profit de conditions très fermes, ce qui en soit n’est pas forcément une bonne nouvelle. En effet, les fans les  plus superstitieux de Woods  verraient d’un mauvais œil une victoire de leur protégé. L’ex-n°1 avait en effet remporté ses deux titres juste avant d’échouer au Masters puis à l’US Open. Une perspective qui n’inquiète pas les bookmakers anglais qui placent Woods favori à 6 contre 1 pour le prochain British Open.

Neuf des membres du Top 25 sont présents cette semaine pour cet AT&T National. Parmi les outsiders, attention à K.J Choi toujours très dangereux quand les conditions se durcissent. Nick Watney, toujours sans titre cette année pourrait également briller pour la défense de son titre. Enfin attention à Hunter Mahan, qui reste sur une carte atomique de 61 dimanche au Travelers.

(Credits Photo : AP)

 

 

A propos de Monsieurgolf