Tournament of Champions – 4e Tour : Stricker le Pacemaker

Par le 10 janvier 2012
email
Print Friendly and PDF

Tout en contrôle, tout en régularité, voilà comment Steve Stricker s’est adjugé ce Tournoi des Champions, sa douzième victoire sur le PGA Tour. C’est grâce à une deuxième carte de suite à 69 que le n°6 mondial a contrôlé le trio lancé à sa poursuite. Qu’ils s’appellent Martin Laird, Webb Simpson ou Jonathan Byrd, aucun d’eux n’a réussi à s’approcher à moins de deux coups de « Strick’ ».

Derrière Stricker (-23), c’est l’Ecossais qui s’est montré le plus solide en rendant une carte de 67 qui lui permet de terminer seul 2e et donc d’empocher les 300 points FedEx Cup et les 650 000$ qui vont avec. Cette 4e place de dauphin sur un tournoi du PGA Tour, Laird a été la chercher au prix d’une très belle série de quatre birdies sur les cinq derniers trous. Un finish raté par Jonathan Byrd qui a vu ses espoirs de victoires et de 2e place s’envoler sur l’immense par 4 du 17. Le tenant du titre conclu ce tournoi à égalité à la 3e place avec Webb Simpson. Ce dernier avait pourtant le golf pour inquiéter Stricker (87,5% de greens touchés durant la semaine !) mais il a cruellement manqué de réussite sur les greens malgré un superbe putt de 12 mètres pour eagle sur le 5.

 

Stricker la quarantaine rugissante

 

Pour vraiment inquiéter Stricker, nos trois hommes auraient dû (facile à dire) jouer la même partition que K.J Choi et Keegan Bradley, tous deux auteur de la meilleure carte du jour à 65. L’Américain a notamment rentré deux approches dont ce bijou de 67 mètres sur le 16. Mais ce genre de coups millimétrés, Stricker a su les reproduire sur les quatre jours. Depuis sa charge du 2e tour (63) l’Américain n’a jamais paru en danger, s’appuyant notamment sur sa réussite incroyable sur les cinq derniers trous de ce Plantation Course avec un score de -15 sur l’ensemble de la semaine. Avec un score final de -23, c’est donc sur ce finish que l’homme du Wisconsin a construit sa victoire, sa neuvième depuis qu’il a fêté ses quarante ans et à l’entendre pas la plus facile : « C’était dur, je ne suis jamais reposé aujourd’hui, vous savez c’est toujours dur d’assurer une victoire quand vous entamez le dernier tour avec une avance comme celle que j’avais (5 coups ndlr). Je suis très fier de ce que j’ai fait aujourd’hui ». Une déclaration loin d’être politiquement correcte à la vue du scénario de sa dernière victoire au John Deere Classic, où son avance de cinq coups s’était transformée en retard de deux coups sur Kyle Stanley à deux coups de la fin. Il avait ensuite conclu par un magnifique finish birdie-birdie pour l’emporter pour la 3e fois consécutive à Silvis dans l’Ohio. C’est donc à sa dix-huitième tentative qu’ Hawaï a souri à Steve Stricker, un succès qui lui permet de devenir le deuxième serial-winner en activité. En effet, avec au moins une victoire lors de ses quatre dernières saisons, Stricker rejoint Dustin Johnson à la 2ème place. Il reste cependant de la marge au deux hommes avant d’atteindre les huit années au plus niveau de Phil Mickelson.

Alors que les pronostics promettaient déjà la vie belle aux Woodland, Bradley et autres Simpson, le retour en forme de Woods et le golf pratiqué actuellement par Steve Stricker pourraient remettre à plus tard l’éclosion de la nouvelle génération.

 

LEADERBOARD

Rejoignez le fil de discussion, avec les golfeurs passionnés du forum Golftechnic.com

 

 

 

A propos de Monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.