Transitions Championship : Les joueurs à l’assaut du serpent

Par le 15 mars 2012
email
Print Friendly and PDF

Dans le monde du golf les animaux sont bien représentés. Le Tigre est le roi (mais il soigne sa patte cette semaine), avant lui il y avait eu le Requin Blanc ou encore le Golden Bear. Quelques semaines justement après avoir visité le Bear Trap au PGA National, les joueurs du PGA Tour s’attaquent au Snake Pit ; cette fosse aux serpents que représentent les trous 16, 17 et 18 du parcours de Copperhead, hôte du Transitions Championship.

 

 

 

Le 5e final le plus dur de l’année

 

Statistiquement, le plus dur finish de la saison reste le Bear Trap mais avec une moyenne d’un demi-coup au-dessus du par, le Snake Pit peut se targuer d’être le cinquième enchaînement de trous le plus exigeant de l’année hors-Majeurs. Un finish qui n’a plus de secret pour Retief Goosen, deux fois vainqueur sur ce parcours (2003, 2009).

[vsw id= »VP-OxVdNVvU&feature=youtu.be » source= »youtube » width= »425″ height= »344″ autoplay= »no »]

 

Une histoire à construire

 

Crée en 2000 pour faire face dans le calendrier à la Presidents Cup, ce tournoi commence sa vie sous le nom de Tampa Bay Classic. En 2001, il est censé être le doublon du WGC Americain Express Championship (aujourd’hui Cadillac Championship) mais est annulé à cause des évènements du 11 septembre. Le Tampa Bay Classic remplit cette case du calendrier à partir de l’année suivante.

En 2003, Chrysler devient sponsor-titre de l’épreuve. Plus de doublon cette fois, le tournoi a sa propre semaine sur le PGA Tour fin octobre, celle qui précède le Tour Championship. Le Chrysler Championship occupe cette place dans le calendrier jusqu’en 2006.

Nouveau sponsor (PODS) et nouvelle place dans le calendrier (début mars) à partir de 2007. PODS, censé être le partenaire titre du tournoi floridien pendant six ans se retire après seulement deux éditions. En 2009, c’est une autre entreprise floridienne, Transitions Optical, qui devient le partenaire principal d’un tournoi remporté à deux reprises par  KJ Choi (2002, 2006) et donc Retief Goosen.

Située en pleine préparation pour le Masters, cette étape est la plus originale du Florida swing. Ce par 71 de 7340 yards (6710 mètres), visité neuf fois par le tournoi, n’est pas un tracé typiquement Floridien avec ses trois tontes de fairways et ses fortes variations de terrain. Copperhead, un type de parcours qui aurait tout à fait sa place un peu plus haut sur la côté Atlantique dans les états de la Caroline.

 

Un Français au départ !!

 

Brillant 6e la semaine dernière à Doral, Luke Donald est la principale tête d’affiche de ce Transitions Championship. Le n°2 mondial, qui a pour objectif principal cette année « de remporter un Majeur pour donner de l’éclat à (son) cv »,  a terminé 6e à Copperhead il y a deux ans. Justin Rose vainqueur la semaine dernière fait également parti des favoris cette semaine. Le désormais 7e mondial, rang qu’il avait déjà occupé en 2007, présente un joli historique à Innisbrook. Le Britannique reste en effet sur cinq Top 25 dans ce tournoi. Webb Simpson, 2e l’année dernière et 13e il y a deux ans, a le profil cette semaine pour remporter sa troisième victoire sur le PGA Tour. Attention également à Brandt Snedeker, victorieux cette année et auteur de deux Top 10 à Tampa Bay dont une 4e place l’année dernière. Kyle Stanley, défait justement par Snedeker à Torrey Pines, pourrait bien trouver dans le sud de la Floride un terrain d’expression pour son jeu. Le Copperhead Course récompense en effet souvent les joueurs performants sur les par 5, et dans cette catégorie l’Américain est deuxième derrière Rory McIlroy, avec un birdie ou mieux sur deux tiers des quatre vingt-un par 5 joués cette année.

On va aussi guetter cette semaine la performance d’Ernie Els, 68e joueur mondial, son pire classement depuis 1993. Big Easy doit absolument remporter un des trois tournois à venir ou se glisser dans le Top 50 mondial après Bay Hill, s’il veut espérer participer à son 18e Masters consécutif. Présents également dans le champ cette semaine, les double vainqueurs de l’épreuve KJ Choi et Retief Goosen, de même que le tenant du titre Gary Woodland.

Pierre-Henri Soero, 28 ans, membre de l'Asian Tour en 2011 est au départ de ce Transitions Championship 2012. Il avait en 2005 participé à l'US Open en tant qu'amateur.

Enfin la grosse curiosité de la semaine est la présence du Français Pierre-Henri Soero. Le Calédonien de 28 ans, résidant en Floride, s’est qualifié pour le tournoi en début de semaine à l’issu d’un playoff à six.

A propos de Monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.