US Open – 2e Tour : Woods en tête, Jacquelin en embuscade

Par le 16 juin 2012
email
Print Friendly and PDF

Après le 2e tour, c’est désormais un trio américain qui est aux commandes de ce 112e US Open. Trois anciens vainqueurs de Majeurs parmi lesquels figure bien sûr Tiger Woods, encore très solide sur un parcours de l’Olympic Club de plus en plus ferme. L’ex-n°1 mondial est accompagné à -1 de Jim Furyk et David Toms. Côté francophone, on surveillera de très près Nicolas Colsaerts (4e à deux coups) et surtout Raphaël Jacquelin (9e à quatre coups). Déception en revanche pour Gregory Bourdy qui rate le cut d’un coup.

 

Rory McIlroy, Luke Donald, Bubba Watson, Dustin Johnson, vous imaginiez qu’’ils pouvaient gagner l’US Open, eh bien ils seront, comme vous, devant leur télé pour regarder la suite de l’open américain. Le cut fixé à +8 leur a été fatal, comme cela a malheureusement été le cas pour Gregory Bourdy, parti à la faute (double au 5) sur la fin de son parcours.

Du côté des rescapés, il est sans doute exagéré de penser qu’ils ont tous une chance de remporter cet US Open. D’un point de vue arithmétique ça peut se défendre, vu que les soixante joueurs restants se tiennent en neuf coups. Le problème pour eux, réside dans l’identité de celui qui mène la meute.

 

Tiger Woods, cinq ans après ?

Difficile en effet de déloger Tiger Woods de cette 1ère place qu’il occupe conjointement avec David Toms et Jim Furyk. Secoué par une série de trois bogeys consécutifs du 5 au 7, l’Américain, suivi par une foule impressionnante a réagi avec deux birdies sur le retour pour finalement rendre une carte de 70. Contrairement au Masters 2011 où  il avait titillé les leaders à l’entame du retour, Woods apparaît plus solide mentalement et plus régulier dans son jeu.

Perçue à juste titre comme la stat’ clé cette semaine, la précision au drive figure (enfin) dans la palette du Tigre. Avec 21 fairways touchés sur 28 « personne ne contrôle mieux le vol de sa balle que lui » selon Phil Mickelson. Ajouté à cela, 69% de greens touchés en régulation (3e) et 30 putts de moyenne et vous obtenez statistiquement un portrait-robot du vainqueur idéal sur le parcours de l’Olympic Club. Une victoire en Majeur que le Tigre attend depuis son succès sur une jambe à Torrey Pines lors de l’US Open en 2008.

 

En parlant de Pebble, l’air de la côte ouest semble réussir à Graeme McDowell. G-Mac qui s’était imposé en Californie dans cet US Open 2010 est toujours à l’affût à +1. Le Nord-Irlandais aurait même pu se situer plus haut dans ce leaderboard s’il n’avait pas terminé sa carte de 72 par trois bogeys sur les quatre derniers trous. McDowell est accompagné à la 4e place du Belge Nicolas Colsaerts et des Américains John Peterson et Michael Thompson. Ce dernier, leader la veille grâce à une carte de 66, a commencé à amerrir dans la baie de San Francisco avec une deuxième carte de 75.

Charl Schwartzel, qui avait fini en trombe pour remporter le Masters 2011 est également bien placé à quatre coups des leaders. Plus bas au leaderboard, on trouve un alliage de joueurs en difficulté qui pourraient profiter du fameux moving day. La journée de samedi s’annonce en effet comme la plus chaude de la semaine (27 degrés), et sur un parcours de plus en plus ferme, des joueurs que l’on sait talentueux pourraient en profiter pour trouver une place plus en rapport avec leur standing. C’est le cas pour Phi Mickelson et Francesco Molinari  (51e à +7), Lee Westwood et Martin Kaymer ( 29e à +5) et le quatuor Ernie Els, Justin Rose, Sergio Garcia et Steve Stricker (18e à +4).

Enfin coup de chapeau à Beau Hossler. Ce jeune amateur de 17 ans a, l’’espace de quelques instants, occupé la tête de cet US Open. L’Américain partagera d’ailleurs la partie de Raphaël Jacquelin ce samedi. Good luck guys !!

[box type= »download »] Leaderboard                                 TEE TIMES 3e TOUR  (+9 Heures en France) [/box]

(Credits Photo : Getty Images)

A propos de Monsieurgolf