US Women Open : Une héritière de Choi

Par le 9 juillet 2012
email
Print Friendly and PDF

Quatorze ans après sa compatriote Se Ri Pak, la Coréenne Na Yeon Choi remporte à son tour l’US Women Open sur le parcours de Blackwolf.

Une victoire acquise en grande partie grâce à son fabuleux 65 le samedi, soit la troisième carte la plus basse de l’histoire de l’US Open. Une marque incroyable compte tenu de la difficulté du parcours. En effet, seules Choi (-7) et sa compatriote Amy Yang (-3) terminent la semaine sous le par.

Son avance de six coups à l’entame du dernier tour lui permet d’amortir les secousses de la dernière journée. Un peu à la manière d’un McIlroy, la Coréenne a failli perdre son premier Majeur à cause d’un drive égaré à gauche sur le trou n°10. Une mésaventure qui lui coûte un triple bogey, avec par la même occasion une avance réduite à deux coups sur Amy Yang. Malgré une certaine nervosité, la joueuse de 24 ans réagit parfaitement sur le trou suivant avec son 17e birdie de la semaine, sans doute le plus important.

 

Na Yeon Choi « Soubirou »

 

Sur le par 4 du 12, elle égare une nouvelle fois sa balle largement à gauche dans un rough indéchiffrable. Le cadet de Choi persuade alors cette dernière de ne pas se déclarer injouable, avec un cadet persuasif comme ça, vous conviendrez que la comparaison avec Rory ne tient plus ! S’en suit un chip joué depuis le haut du rough qui termine à six mètres du trou. Alors qu’elle envisageait le bogey voire le double, la Coréenne s’en sort miraculeusement avec un par.

Dernier miracle sur le par 3 du 13. Une tee shot qui s’échappe vers l’obstacle d’eau, une balle qui rebondit une fois puis deux fois sur les pierres qui bordent l’obstacle…avant de mourir sur la première tonte de green. La fin du parcours sera plus calme pour la Coréenne qui remporte son premier Majeur, sa sixième victoire sur le LPGA Tour. Grâce à ce succès, elle pointe ce lundi matin à la deuxime place mondiale derrière Yani Tseng.

 

Recherche n°1 mondiale désespérément

 

La Taiwanaise a encore une fois été méconnaissable cette semaine. Malgré un cut franchi, Yani termine la semaine 50e à +14 !!  Son dernier round reflète l’énigme qui entoure la n°1 mondiale actuellement. Un aller « presque parfait » joué en 33, avant d’enchaîner un retour en 45 ponctué de trois doubles, trois bogeys et trois pars. Une loi des séries inquiétante pour Tseng qui ne s’est plus imposée depuis sept tournois, pire elle vient de rendre onze cartes de suite au-dessus du par. Des stats inenvisageables il y a encore trois mois.

Première Européenne, Sandra Gal signe son premier Top 10 en Majeur grâce à une belle 3e place. Belle série pour l’Allemande, déjà 12e du dernier Wegmans LPGA Championship. Leader après 36 trous, Suzann Pettersen a connu un week-end difficile avec deux cartes de 78 et 75 pour une 9e place finale à +4.

Meilleure représentante américaine, Paula Creamer se classe 7e à +3. La panthère rose est d’ailleurs la dernière joueuse Américaine à avoir remporté l’US Women Open. Un tournoi dont quatre des cinq dernières éditions ont été remportées par des joueuses Sud-Coréennes. Une vague initiée en 1998 par la victoire de Se Ri Pak. La deuxième lame qui vient de déferler à Blackwolf est encore plus impressionnante.

(Credits Photo : Getty Images)

[box type= »download »] LEADERBOARD[/box]

A propos de Monsieurgolf