USPGA – 1er tour : Woods à six coups de Scott

Par le 9 août 2013
email
Print Friendly and PDF

Après Jim Furyk le matin, Adam Scott a lui aussi joué -5 sur le parcours d’Oak Hill. Les deux hommes sont co-leader à l’issu du 1er tour du PGA Championship. Une première journée qui a vu Tiger Woods et Phil Mickelson rendre une carte à +1.

Six coups de retard après un 1er tour de Majeur, cela n’a rien d’alarmant. En revanche six coups sur un joueur en pleine confiance comme Adam Scott, cela peut s’avérer plus dangereux…disons que ça fait virtuellement deux coups de retard si l’Australien nous fait son traditionnel quatre à la suite dominical*.

Plaisanterie mis à part, ce n’est pas tant le score de +1 qui déçoit les fans de Woods mais plutôt le contraste entre le Tigre ultra-dominateur d’Akron et l’animal errant qui a concédé un double-bogey sur son dernier trou, le 9. Avant cela, Tiger « avait bien joué »  bouclant même son aller en -2. La machine s’est ensuite grippée avec notamment un bogey sur le 4, un par 5 très prenable sur le parcours humide de Rochester (New York).

Rose et Scott dans la course

S’il a été plus mouvementé, le round de son dauphin au classement mondial s’est soldé par le même score. Dans les cordes après un enchaînement bogey- double bogey aux 3 et 4, Mickelson s’est ensuite repris pour repasser sous le par. Des efforts réduits à néant avec un dernier double sur le 18.

Un score d’autant plus frustrant pour Lefty qu’il avait dans sa partie un Adam Scott en mode machine. Surpuissant et précis au drive, inspiré avec son manche à balai, le vainqueur du Masters est en position idéale pour remporter un 2e Majeur cette année.

Une ambition que peut également nourrir Justin Rose, le troisième homme de cette partie. Avec un score de -2, le vainqueur de l’US Open reste au contact malgré un retour plus compliqué (+1).

A noter que ces deux joueurs joueront le vendredi matin, sur un parcours encore soft  à cause des précipitations de la veille ayant entraîné une interruption d’une heure dans ce 1er tour. Attention donc à une partie de fléchettes qui pourraient s’apparenter à un maraboutage en règle pour des joueurs de l’après-midi comme Woods ou Jim Furyk.

Westwood et Stenson encore là

Henrik Stenson jouera également l’après-midi mais vu sa forme actuelle, cela ne devrait pas lui poser problème. Le Suédois qui reste sur trois Top 3 a rendu une carte de 68 (-2). Preuve encore qu’il est peut-être devenu un meilleur joueur qu’en mai 2009 alors, il était alors 4e joueur mondial.

En termes de régularité, Lee Westwood n’a rien à lui envier. L’Anglais idéalement placé à la 3e place (-4), est à égalité avec la surprise canadienne David Hearn.

Avec huit Top 3 en Majeurs depuis 2008, Westwood a de quoi s’impatienter, un sentiment qui ne va pas tarder à ronger Jason Day. L’Australien de 25 ans compte lui quatre Top 3  en Majeurs depuis 2011, et voilà qu’il est encore dans le coup avec une carte de -3. Un score que partagent également son compatriote Marcus Fraser, Robert Garrigus, Matt Kuchar, Paul Casey et Scott Piercy.

Les « quadra » font le spectacle

L’année 2013 est pour l’instant historique en ce qui concerne la hiérarchie. En effet, pour la 1ère fois de l’histoire, tous les Majeurs sont détenus par des joueurs figurant dans le Top 5 mondial.

Ceci n’empêche pas nos chers Majeurs d’être perturbés par des ovnis sortis tout droit des années 60. En effet, comment ne pas être en admiration devant la saison d’un Miguel Angel Jimenez, encore très en vue ce jeudi. Leader après deux tours à Muirfield il y a trois semaines, le joueur de 49 ans a fait trembler l’aller d’Oak Hill avec six birdies. Une partition entachée par deux double bogeys pour finalement regagner le club house à -2.

Quelques minutes auparavant c’est Kohki Idoki qui nous avait fait un drôle de numéro. Le Japonais de 52 ans a en effet enchaîné quatre birdies sur ses cinq premiers trous. Mais à force de devoir jouer les par 3 au bois, sa confiance s’est évaporé (+2).

« Sur ce parcours fait pour les vieux » dixit Thongchai Jaidee, celui qui a le plus duré (grâce à 5-Hour energy ?**) c’est Jim Furyk (43 ans). Dans un Majeur qui ne lui réussit guère depuis 10 ans (aucun Top 10), l’Américain s’est montré constant avec trois birdies sur l’aller et trois au retour, concédant un bogey sur un trou n°9 dont on n’a pas fini de parler.

Enfin, saluons la bonne prestation de Nicolas Colsaerts. Le seul francophone du champ a rendu une carte de 71 (+1) « à cause de quelques conneries ».  Des conneries qui l’ont empêché de faire fructifier son excellent départ (-3 après huit trous).

*Quatre bogeys de suite sur le retour le dimanche  l’ont empêché de remporter le British en 2012 et 2013.
** Boisson énergétique, sponsor casquette de Jim Furyk

LEADERBOARD

 

2e Tour à suivre sur Golf + à partir de 19 heures 

(Credits Photo : Getty Images)

A propos de Hervé MARQUES

Prétendant éconduit de Natalie Gulbis, Hervé passe sa colère en envoyant des slices sur les golfs de la région parisienne. Lorsqu’il est hors d’état de nuire, vous pouvez le retrouver sous sa casquette de journaliste sur Canal+, Golf Channel…et Monsieur golf bien sûr !

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.