Valero Texas Open : Ben Curtis avant la pluie

Par le 21 avril 2012
email
Print Friendly and PDF

Ben Curtis n’a plus le luxe de pouvoir choisir ses tournois. Désormais, le vainqueur du British 2003 attend que le téléphone sonne en espérant une invitation. Pour une fois, l’Américain aura son destin entre ses mains ce week-end. Après une deuxième carte de 67, Ben Curtis est en tête de ce Valero Texas Open avec deux coups d’avance sur son premier poursuivant David Mathis.

Curtis, dont c’est le 4e départ seulement cette année, a pu bénéficier d’un temps clément juste avant une interruption pour cause d’orage.  Une coupure qui vaudra à une dizaine de joueurs de devoir terminer la fin de leur partie samedi matin. Seul retardataire bien placé au classement, Matt Every est pour l’instant 3e à trois coups avec deux trous à jouer. Il est accompagné à -7 par Cameron Tringale auteur de la meilleure carte du jour en 65.

Des scores qu’on ne risque pas de revoir de sitôt sur le TPC San Antonio si le vent de nord persiste ce week-end. Des circonstances favorables à Ben Curtis, qui devient le 4e joueur de l’année sur le PGA Tour sans bogey après 36 trous. Une réussite qui ne s’explique pas seulement par la météo. Celui dont la dernière des trois victoires sur le PGA Tour remonte à 2006, a en effet changé de grip de putting. Classé à la 186e dans ce secteur de jeu avant cette semaine, Ben Curtis est le 9e joueur le plus efficace sur les greens du parcours texan. Merci donc à cette main droite placée plus haute sur le grip qui lui permet d’être plus au-dessus de la balle et ainsi d’obtenir plus de release sur sa tête de putter.

« On verra bien comment ça se passera ce week-end. Quand vous devez vous contentez d’un calendrier réduit, ce n’est pas comme si vous aviez le temps de vous régler. Vous jouez quand vous le pouvez, c’est difficile comme situation » a par ailleurs commenté Ben Curtis. L’homme de l’Ohio paie en effet sa terrible saison 2011, année durant laquelle il n’a pas réussi un seul Top 10 pour la première fois depuis sa première année sur le PGA Tour en 2003.

Têtes d’affiche absentes, conditions météo défavorables à certains favoris (Kuchar, Jacobson…), le tout sur un parcours que les joueurs détestent…il fallait bien ça pour faire ressusciter Ben Curtis.

(Credits Photo : Associated Press)

[box type= »download »] Leaderboard[/box]

 

 

 

 

 

A propos de Monsieurgolf