WGC Bridgestone : Bradley fait craquer Furyk

Par le 6 août 2012
email
Print Friendly and PDF

Impeccable durant 71 trous, Jim Furyk a craqué lors des dernières secondes de ce WGC Bridgestone Invitational. Parti avec quatre coups de retard, c’est finalement Keegan Bradley qui remporte ce 3e Championnat du Monde au prix d’un dernier trou surréaliste.

 

 

La croix va commencer à être lourde à porter pour Jim Furyk. Défait lors du dernier tour de l’US Open, l’homme aux 16 victoires sur le PGA Tour a encore laissé échapper un titre qui lui tendait les bras.
Intempéries oblige, Furyk était accompagné de ses deux principaux challengers, Keegan Bradley et surtout Louis Oosthuizen, parti avec un coup de retard sur le vainqueur de la FedEx Cup 2010. Une concurrence que l’Américain prend soin de refroidir avec trois birdies sur les trois premiers trous, contre deux pour Shrek. Le mano a mano tourne court, la faute à trois bogeys concédés du 5 au 10 par le Sud-Africain. Furyk de son côté enchaîne onze pars en douze trous et se dirige (trop ?) tranquillement vers sa première victoire cette année.

La folie sur le 16…

 

Un surplace qui profite à Steve Stricker et surtout Keegan Bradley. Réconcilié avec son putter, Strick’ enchaîne les ficelles et signe quatre birdies sur les cinq derniers trous pour finir sa semaine à -12.

Bradley lui profite du surplace d’Oosthuizen pour dépasser ce dernier en jouant -5 sur les 14 premiers trous. Le rookie de l’année 2011, se met alors en vol stationnaire à un coup derrière un Furyk imperturbable. Une solidité mise à rude épreuve sur le long par 5 du 16. Oosthuizen, rentre un incroyable chip pour birdie pour revenir provisoirement à deux coups de l’Américain. Deuxième coup de matraque avec Bradley qui rentre lui aussi son putt pour birdie pour revenir à égalité avec Furyk. Solide, ce dernier rentre lui aussi son putt pour birdie, un putt qui ressemble drôlement à un putt de la victoire.

Rien ne bouge pour les trois hommes, auteurs d’un par sur le 17, ce qui élimine Oosthuizen de la course à la 1ère place. Vient ensuite un finishing hole de folie.

 

…….. l’improbable sur le 18

Furyk hooke mise en jeu qui rebondit sur un arbre avant de retrouver la piste. Celui qui avait alors touché les onze derniers greens envoie son approche dans le rough.
Une chance dont ne profite pas Keegan qui va lui se plugger dans le bunker de green.
A ce jeu de massacre, Furyk surenchérit avec un chip raté qui reste dans le rough. Bradley lui déterre sa balle et rentre un putt « ultra-couillu » de 4m50 pour sauver son par : « Je n’ai pas pensé une seconde que j’allais le rater. Avant même de me mettre derrière la balle, je savais comment le putt allait breaker. Il fallait juste que j’y mette l’intensité nécessaire et c’est ce que j’ai fait ». Un putt copie-conforme de celui qu’il avait rentré pour arracher le playoff à Riviera.
Le playoff, un scénario qui semble écrit tant le putt d’1m50 qui attend Furyk semble inoffensif. Le meilleur putter de la semaine envoie alors un push d’un autre monde qui finit sa course 1m80 derrière le trou. Comme Adam Scott, il y a 15 jours au Royal Lytham, Furyk s’affaisse dans un mélange d’effroi et de stupeur : « Des tournois j’en ai perdu mais pas de cette manière, c’est le plus mauvais finish de ma carrière. » a ensuite commenté un Jim Furyk qui est tout de même dans sa 20e année de circuit.

 

Woods termine sur une bonne note

 

A 26 ans, Keegan Bradley remporte sa troisième victoire en deux ans. Trois succès dont 1 Majeur et 1 WGC, l’Amérique tient là une pépite dont Fred Couples aura bien du mal à se passer pour la prochaine Ryder Cup.
Une aventure qu’il partagera sans doute avec Tiger Woods, qui à l’inverse de ses deux derniers Majeurs, à rater son entrée pour bien finir le week-end. Le Tigre prendra l’avion pour Kiawah Island le cœur léger après avoir joué un dernier 66.

Semaine également rassurante pour Rory McIlroy qui termine à la 5e place à cinq coups du vainqueur. Le Nord-Irlandais est accompagné  à -8 par un Justin Rose, auteur d’un dernier 67 impressionnant, au vu de la quantité de coup raté par l’Anglais.

Prochain rendez-vous la semaine prochaine sur le blog de Monsieur Golf pour le PGA Championship sur le gigantesque (7000 mètres) parcours de Kiawah Island. Attention, le champion en titre est gonflé à bloc…

(Credits Photo : Getty Images)

[box type= »download »] LEADERBOARD[/box]

A propos de Monsieurgolf