WGC Cadillac Championship : Preview

Par le 8 mars 2012
email
Print Friendly and PDF

Un champ et une dotation plus relevés qu’un Majeur. On connaît la recette des WGC, et pourtant à chaque fois on se laisse surprendre. Une chose est sûre, on reprendrait bien le dessert qu’on a aperçu la semaine dernière au Honda Classic…une petite dernière partie Rory McIlroy Vs. Tiger Woods pour les cinquante ans du Doral.

 

 

 

Tiger Woods, l’homme à battre ?

 

Son 62 dimanche dernier au PGA National est encore dans tous les esprits. Tiger Woods semble avoir retrouvé la flamme, et son orgueil est plus que jamais en feu. Battu il y a trois semaines par Mickelson à Pebble Beach, le Tigre a dû faire allégeance au nouveau n°1 McIlroy après avoir joué son meilleur golf dimanche dernier. Ses armes ? Un putting retrouvé et des stats qui parlent pour lui. L’ex-n°1 mondial s’est déjà imposé à trois reprises à Doral. Deux fois (2005 et 2006) lorsque le parcours floridien accueillait le Ford Championship et la dernière en date, en 2007, lors du WGC CA Championship en 2007, l’ancien nom du WGC Cadillac Championship. Ce n’est d’ailleurs que depuis cette date, que le deuxième WGC de l’année se joue au Doral et en mars. En effet lors de sa création en 1999 et jusqu’en 2006, ce tournoi a été itinérant (Espagne, Irlande, Angleterre, Etats-Unis) et a successivement porté le nom d’American Express Championship puis de CA-Championship. Enfin, même si beaucoup d’épreuves peuvent revendiquer le statut de « tournoi préféré de Tiger Woods », ce WGC Cadillac Championship présente tout de même une stat’ hallucinante : Le Tigre a tout simplement remporté six des douze éditions de ce tournoi !

 

Le trou n°18 « un test de courage »

 

Si Woods est en réussite quelque soit le lieu de ce Championnat du Monde, beaucoup aimeraient revoir ce tournoi voyager un peu. La faute au terrible trou 18 du Blue Monster*, un par 4 de 420 mètres, tout simplement le trou « le plus dur sur le PGA Tour, un vrai test de courage » comme le qualifie Phil Mickelson, vainqueur de son premier WGC au Doral en 2009. Seulement trois birdies, trente-deux pars et trente et un bogeys lors du dernier tour l’année dernière. En plus d’être le plus exigeant, ce trou renferme une part d’histoire :

 

2003 : Scott Hoch refuse de putter

Scott Hoch est sur le green du 18 pour son deuxième trou de playoff face à Jim Furyk. Hoch visualise son putt et se relève. L’Américain de 47 ans au palmarès encore vierge sur le PGA Tour rêve de cette victoire depuis des années. Oui mais voilà, l’obscurité rend  impossible la lecture du putt selon et Scott Hoch demande à suspendre ce playoff. L’arbitre tranche, les deux hommes devront finir leur partie le lendemain matin. Hoch s’excuse devant l’hire de la foule massée autour du 18. Le lendemain il rentrera son putt pour poursuivre le playoff et gagnera le tournoi sur le trou suivant.

 

2004 : L’impossible eagle de Craig Parry

Dénouement légèrement plus rapide un an plus tard. Craig Parry et Scott Verplank sont sur le 18 pour leur premier trou de playoff. Le petit Australien (1,68m) n’est pas le plus long et se laisse un deuxième coup de 160 mètres. Son coup de Fer 7 expédie la balle dans le trou pour offrir à Craig Parry un incroyable eagle et la première de ses deux seules victoires sur le PGA Tour.

Woods Vs. Phil Mickelson@Doral2005

 2005 : Le Duel Woods Vs. Mickelson

Cette années-là, le 18 du Doral s’est offert un privilège encore inédit dans un Majeur à ce jour, une dernière partie Phil Mickelson contre Tiger Woods. Alors qu’ils sont au coude à coude, Woods trouve le green sur son approche, la balle de Mickelson, elle, s’immobilise dans la première tonte de green. Contre toute attente, Tiger rentre son putt de neuf mètres, Lefty n’a plus le choix, il doit rentrer son chip. Mickelson fait du Mickelson, son chip est parfait, la balle roule sur le bord droit mais continue sa route sur le green. Première victoire à Doral pour le Tigre.

 

Rory peut « déjà » perdre sa place de n°1

 

Et avec les soixante-quinze meilleurs joueurs du monde, la probabilité d’avoir des duels de cette trempe dimanche est plus forte que jamais. Outre McIlroy et Woods, tous les yeux seront tournés vers Phil Mickelson vainqueur génial à Pebble Beach, et qui sort d’un break de deux semaines. Nick Watney, tenant du titre et 2e en 2009, fait bien sûr partie des favoris.
Enfin, et bien que certains lui promette un long règne, la place de n°1 mondial de Rory McIlroy est déjà remise en jeu. En cas de victoire, les anglais Lee Westwood et Luke Donald pourraient en effet retrouver un rang qu’ils ont déjà occupé.

 

*Lors de sa construction dans les années 60, les habitants avaient dit des frères Kaskel qu’ils étaient en train de construire un monstre au milieu des marécages. Du fait des nombreux obstacles d’eau et des vents tourbillonnants, le Blue course est vite devenu le Blue Monster. Enfin le nom de Doral vient de la combinaison de la première syllabe des deux prénoms des frères Kaskel, Doris et Alfred.

[box type= »download »] WGC Cadillac – Leaderboard – Tee Times[/box]

 

[vsw id= »Fy0kDLrnR5E » source= »youtube » width= »425″ height= »344″ autoplay= »no »]

 

A propos de Monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.