WGC Cadillac : Tiger Woods impérial

Par le 11 mars 2013
email
Print Friendly and PDF

Impressionnant Tiger Woods, leader de bout en bout et vainqueur du WGC Cadillac Championship, sa 17e victoire en Championnat du monde.

Au terme d’un dernier tour tout en gestion (71,-1), le toujours n°2 mondial a ainsi pu célébrer sa 7e victoire dans ce tournoi. Une place de leader dont personne n’a pu s’approcher à moins de trois coups ce dimanche.

Un McDo trop light

Longtemps ce week-end, on a cru capable Graeme McDowell de pousser le Californien dans ses retranchements, mais malheureusement pour le suspense, il n’en a rien été.

C’est même un copier-coller de la journée de samedi à laquelle nous avons assisté. Très à l’aise sur les neuf premiers trous du Blue Monster du Doral, le nord-Irlandais a de nouveau perdu pied sur le par 5 du 10. G-Mac, dont le principal problème aura été la puissance face à Tiger Woods.

Sur quasiment toutes les attaques de greens, deux clubs séparaient les deux hommes de la dernière partie. Et grâce à des fers plus ouverts,  Woods a parfaitement pu profiter d’un vol de balle et d’un spin plus conséquent pour se rapprocher des drapeaux. Lassé d’avoir à produire des miracles pour rester au contact du Tigre, McDowell n’a pu faire mieux que le par (72) pour terminer 3e.

Quality Strick’

L’homme qui est venu s’intercaler entre Woods et McDowell n’est autre que Steve Stricker. Strick’ qui peut se mordre les doigts d’avoir donné des conseils de posture au putting mercredi à son ami Tiger. Un cours de 45 minutes qui a peut-être permis à Woods de conserver deux coups sur son partenaire préféré en double.

A 46 ans, Steve Stricker avait déclaré en début d’année vouloir jouer un minimum de tournoi pour se consacrer à sa famille. Une approche qui porte ses fruits puisque l’homme aux 12 victoires sur le PGA Tour totalise désormais deux places de 2e et une 5e place sur ses trois départs en 2013. Prochain rendez-vous pour lui, le Shell Houston Open.

On a retrouvé Rory McIlroy

La première étape du Texas Swing, deux semaines avant le Masters, sera également le prochain tournoi au calendrier de Rory McIlroy.

Le n°1 mondial a montré un visage encore inédit cette année. Avec 15 greens touchés ce dimanche, le nord-Irlandais a rendu un superbe 65 pour un score total de -10. Un dernier rush qui lui permet de terminer 8e, à égalité avec Peter Hanson, Michael Thompson et  le tenant du titre Justin Rose.

Rory n’a d’ailleurs pas été le seul à briller sur un Blue Monster « enfin » balayé par le vent. Adam Scott nous a encore donné une impression de gâchis avec sa dernière carte de 64 (-8). L’ancien n°2 mondial Sergio Garcia a également démontré que son potentiel (sur un round ?) était également intact avec une carte de 65.

Un sursaut tardif qui permet aux deux hommes de terminer 3e à égalité avec G-Mac et un Phil Mickelson, pénalisé une nouvelle fois par son mélange indigeste quelque part entre le panache et l’excès de gourmandise.

Toujours est-il qu’avec une deuxième victoire en 2013, le Tigre peut se réjouir du chemin parcouru depuis un an.

En 2012 il avait abandonné ici-même à cause de sa jambe gauche. Depuis il a gagné à cinq reprises et à prouver encore une fois que son ère est loin d’être terminée.

LEADERBOARD

[ooyala code= »w0ODEzYToqUhWAAdzmY1iSyKLP1d5nUc »]

(Credits Photo : Getty Images)

A propos de Monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.