Zen comme Dustin

Par le 11 juin 2012
email
Print Friendly and PDF

Pour son deuxième tournoi de rentrée après sa blessure, Dustin Johnson a remporté le St. Jude Classic grâce à une dernière carte de 66. L’Américain a su profiter du finish désastreux de ses concurrents à commencer par Rory McIlroy qui finit 7e à trois coups. Joli clin d’oeil à Memphis de la part de John Daly. Long John nous a en effet gratifié d’un week-end rock n’roll avec un 76 samedi suivi d’un 64 ce dimanche, soit la meilleure carte de la semaine.

 

Le plus beau retour gagnant n’a finalement pas eu lieu à Roland-Garros ce dimanche. En effet, après deux mois et demi d’arrêt dû à une blessure au dos, Dustin Johnson n’a pas tardé à renouer avec le succès, et comme toujours la puissance et la désinvolture étaient au rendez-vous. Si Rickie Fowler a réussi à inonder de fluo les parcours du monde entier, espérons que Dustin réussira à propager sa cool attitude parmi tous les observateurs attentifs du PGA Tour.

Dans ce St. Jude Classic, tout ou presque s’est joué sur le 18. Ce dolgleg gauche bordé d’eau s’est carrément mué en aspirateur à balles pour les leaders. Rory McIlroy, en tête à -8, y a envoyé son coup de bois 3. Le Nord-Irlandais termine finalement sa semaine par un double bogey pour finir à la 7e place  à-6. Le n°2 mondial était venu pour renouer avec le haut du leaderboard avant l’US Open, mais à voir la manière dont il a balancé son club après ce hook, on a du mal à l’imaginer complètement satisfait.

Bien qu’ayant vu la faute du Nord-Irlandais de ses propres yeux sur le 18, Chad Campbell s’est avancé au départ pour faire la même. Nick O’Hern l’imitera quelques instants plus tard. Les deux hommes doivent finalement se contenter de la 3e place à -7, a égalité avec un étonnant Davis Love III et Ryan Palmer. Ce dernier confirme ses bonnes dispositions sur les parcours difficiles. Et pour cause, avec un vent diabolique toute la semaine, le TPC Southwind a eu tout le loisir de conforter son statut de leader en termes de balles envoyées dans l’eau. Près de 340 sont venues s’échouer encore cette semaine, une stat’ qui le place loin devant le TPC Sawgrass et Muirfield Village.

 

Déjà 6 victoires pour Dustin Johnson

 

Comme le disent souvent les psychologues du golf « who cares less wins ». Un adage qui s’applique parfaitement à Dustin Johnson. Même s’il a dû patienter dix bonnes minutes pendant que Campbell et McIlroy choisissaient le « moins pire » endroit où dropper, le Californien a su tranquillement rester dans sa bulle. Auteur de deux birdies décisifs au 16 et 17 pour passer à -9, Dustin envoya tranquillement son draw au bois 3 à 280 yards pour assurer son par. Quelques instants plus tard, il souleva son 6e trophée sur le PGA Tour avec le même entrain qu’un collégien désinvolte qui lève le bras à l’appel. Mais qu’on ne s’y trompe pas, ce 6e succès fait de lui le joueur le plus prolifique de moins de 30 ans (il en a 27). Il devient également le troisième joueur de l’histoire à s’imposer à Memphis à sa première participation.

Auteur de trois Top 10 de suite avant sa blessure au Doral, Dustin Johnson se replace par la même occasion à la 18e place de la FedEx Cup. L’Américain, aux avants-postes alors même qu’on a l’impression  de ne pas l’avoir vu cette année. Malheureusement pour lui, il ne pourra pas avancer masqué très longtemps, surtout à quelques jours de l’US Open. Sur un parcours de l’Olympic Club qui nécessite de savoir travailler la balle des deux côtés, Johnson a comme Bubba Watson un profil idéal.

(Credits photos : Getty Images)

[box type= »download »] LEADERBOARD[/box]

A propos de Monsieurgolf