Champions Tour – Corey Pavin gagne avec classe

Par le 13 février 2012
email
Print Friendly and PDF

La caravane du Champions Tour posait ses valises en Floride ce weekend à l’occasion du Allianz Championship. Il ne valait mieux pas miser sur l’âge avancé de ses protagonistes pour parier car le « Old Course » de Broken Sound allait être malmené pendant trois jours.  Tom Lehman vainqueur l’an dernier avait rendu trois cartes atomiques (65/69/65), Corey Pavin n’en a pas fait autant mais son score final (-11) a suffit pour emmener Peter Senior dans un tête à tête aux chandelles sur le 18ème trou.

Vous l’avez compris, pour s’imposer ici, il fallait scorer bas. Le Champions Tour a beau être un rassemblement de retraité, un parcours standard (comprenez pas de Back Tee de championnat) comme celui de Broken Sound allait être broyé en bonne et due forme.

Loren Roberts, douze fois vainqueur sur le Champions Tour déclarait en début de semaine à propos du Old Course « soyons francs, ce parcours n’est pas aussi long que sur le PGA, la difficulté est moindre, les rough sont plus courts,les greens ne sont pas aussi rapides et les positions de drapeau sont moins vicieuses. Ajoutez que la plupart des joueurs du Champions ont encore le niveau de faire des Top10 sur le PGA Tour, autant vous dire qu’il faut tout de suite se mettre dedans sinon vous restez loin derrière »

Pavin à l’instar d’un certain Peter Senior a su boucler trois tours sous le par (64/70/71) mais un bogey au 17 et une occasion de birdie vendangée au 18 l’ont conduit à un playoff face à l’Australien. Incapable de dépasser le trou pour prolonger le playoff Senior abandonne la gagne sur un ultime birdie de Pavin.

Pavin innove, Calcavecchia implose

C’est à la mode en  ce moment. Après Kyle Stanley à Torrey Pines, Spencer Levin à Scottsdale puis Charlie Wi hier c’est Mark Calcavecchia qui a bousillé un avantage de trois coups à 7 trous de la fin. L’américain ne pouvant entretenir la magie de ce début de round (-5 au 11) et finira par rendre six bogey sur ses sept derniers trous.  Il termine septième aux cotés de Nick Price et Gary Hallberg.

Le coup de la semaine est à mettre au crédit de Corey Pavin.  On ne parle pas ici de son putt de 4 mètres pour s’adjuger le titre mais d’une approche miraculeuse au trou 14 pour sauver son par. A la base, un par 3 de 165 mètres sans grand danger avant que Pavin hook violemment sa balle qui vient se nicher au contact d’une racine. La suite n’est que pur classe d’un joueur de haut niveau. Pavin retourne son fer 8 et ajuste un chip en gaucher de toute beauté qui viendra mourir à deux mètres du trou, le putt qui suit rentre et Pavin sauve un par inespéré pour un chip qu’il qualifiera de « plus beau coup de sa vie« .

 

A bientôt 53 ans, Pavin ne s’était plus imposé depuis près de six ans sur un évènement du PGA. Avec cette victoire, il grimpe à la seconde place de la Charles Schwab Cup juste derrière Dan Forsman qui s’était imposé lors du premier tournoi de l’année.

A noter que Bernhard Langer et Michael Allen (-10) partagent la troisième place, un coup devant   Jay Haas et John Cook (-9).

[box type= »download »] Leaderboard – La carte de Calcavecchia – Charles Schwab Cup[/box]

A propos de Olivier DOAN

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.