L’US Open 2020 à Winged Foot

Par le 28 janvier 2013
email
Print Friendly and PDF

« Notre but n’est pas d’embarrasser les meilleurs joueurs mais de les identifier ».

C’est avec cette phrase que l’ancien président de l’USGA Sandy Tatum avait contribué à rendre célèbre le parcours de Winged Foot en 1974.

Ce lundi, l’USGA a renouvelé sa confiance pour que le tracé situé dans l’Etat de New York embête à nouveau les joueurs lors de l’US Open en 2020. Phil Mickelson aura alors 50 ans.

En dehors de cette considération purement mathématique, Winged Foot reste célèbre pour le sacre de Geoff Ogilvy après que Lefty se soit complètement écroulé au 18.

« I’m such an idiot »

Alors qu’il comptait un coup d’avance sur l’Australien au départ du 18, Mickelson avait envoyé son drive à gauche, puis tenté un recovery au fer 3 qui heurta l’arbre avant de voir son 3e coup se plugger dans le bunker. Résultat : Un double-bogey et une quatrième place de 2e à l’US Open. Un record que l’Américain détient désormais seul après avoir terminé un nouvelle fois 2e en 2009 à Bethpage Black.

Cet US Open 2006 est également resté dans les mémoires de par les déclarations de Phil Mickelson après coup : « Je suis encore sous le choc de ce que j’ai fait. Je n’y crois pas, comment j’ai pu faire ça ? Je suis vraiment un idiot ».

Etrange clin d’œil du destin, ce fameux « I’m such an idiot », Phil l’a repris pas plus tard que la semaine dernière, après ces déclarations sur sa possible fuite de la Californie pour cause de pression fiscale trop élevée.

Le 3e parcours le plus visité de l’US Open

Mais Winged Foot n’a pas attendu Phil Mickelson pour construire sa légende. En 2020, le tracé signé A.W Tillinghast en 1923, accueillera déjà son 6e US Open, ce qui en fait la troisième destination la plus visitée après Baltusrol (7 fois) et Oakmont (9 fois dont la prochaine en 2016).

Connu pour ses terribles bunkers et ses pentes infernales sur les greens, Winged Foot va sûrement remettre à la page l’expression « vrai test de golf ». En 2006, Ogilvy s’y était imposé avec un score de +5, soit deux coups de mieux que le +7 d’Hale Irwin en 1974.

Lors de sa 1ère visite en 1929, Bobby Jones et Al Espinosa avaient tous deux terminé à égalité à +6. Le playoff de 36 trous le lendemain vit le triomphe de l’éternel amateur Bobby Jones….avec 23 coups d’avance.

Enfin autre moment de légende, le duel en 1984 entre Fuzzy Zoeller et Greg Norman. Alors qu’il avait envoyé son approche sur le 72e trou dans les tribunes, le joueur Australien réussit à sauver le par avec une incroyable ficelle de 14 mètres.

Zoeller, en course pour la victoire et qui attendait que le green se libère, agita alors une serviette blanche en guise de capitulation devant la classe du requin blanc. Las, il réalisa lui-même le par quelques secondes plus tard et terrassa Norman en playoff. A la fin de celui-ci, toujours sur le 18, l’ancien n°1 mondial agita à son tour une serviette blanche…

Une légende amenée donc à se poursuivre en 2020…

(Credits Photo : Getty Images)

A propos de Monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.