Nicolas Colsaerts, un profil Ryder Cup?

Par le 22 août 2012
email
Print Friendly and PDF

Le Bruxellois prépare l’un des tournois les plus importants de sa carrière, on ne parle pas ici de la défense d’un titre ou d’une première participation à un Majeur mais d’une place qualificative pour la Ryder Cup. Les 8 premières places étant automatiquement qualificatives pour l’épreuve reine, Nico doit encore cravacher s’il veut s’y assurer une place plutôt que de miser sur une sélection hypothétique par José Maria Olàzàbal.

 

 

 Terminus Gleneagles

On rappelle que les 8 joueurs européens les mieux positionnés au classement mondial sont automatiquement qualifiés et que le capitaine – José Maria Olàzabal – dispose de deux « wilcard » qu’il peut octroyer à qui il le souhaite.

Tout cela pour dire que le Belge est 32 ème au classement mondial à 5 jours de la liste définitive. Avec 11 joueurs européens devant lui, Colsaerts a du pain sur planche cette semaine. Le belge était pourtant dans les cordes mais l’état de grâce de Poulter, Garcia et Carl Pettersson depuis quelques semaines a renvoyé le belge face à ses responsabilités.

Il faudra obligatoirement un gros résultat cette semaine pour espérer couper l’herbe sous le pied à ses concurrents directs, Francesco Molinari, Martin Kaymer et Peter Hanson.

Belgian Bomber

La liste de ceux qui redoutent le plus le Belge est déjà longue mais il faudra y ajouter les jardiniers de Gleneagles cette semaine qui seront contraint d’ensabler des divots de wedge à 320 mètres des départs car le belge est long, très long ! Premier au classement de « driving distance » du tour européen devant Alvaro Quiros (!) Colsaerts relègue tous ses poursuivants à 20 mètres (quand ce n’est pas d’avantage).

On se souvient de sa récente victoire au Volvo World Matchplay ou le belge n’a pas fait dans la dentelle sortant le vainqueur du British Open 2011 4&3, même tarif pour Justin Rose. Raphael Cabrera-Bello donnera un peu plus de mal à Colsaert bien que l’espagnol finira par craquer mais le souvenir que l’on garde en tête est sa victoire face à l’un des meilleurs joueurs du monde de la formule Graeme McDowell. Relégué à 50 mètres sur toutes les mises en jeu, le Nord Irlandais avait fini par payer son concours d’approche au fer 4 contre un wedge au  18ème et dernier trou.

Nico est un joueur de matchplay, un vrai. On ne peut résister à l’envier de projeter une association Donald/Colsaert ou Donald/Molinari qui serait un point gagné d’avance pour l’équipe européenne.

Du coté des bloggeurs, ont a déjà choisi notre camp et au délà d’un certain chauvinisme à voir un francophone représenter l’Europe en Ryder Cup, à la rédaction on est persuadé qu’il a tout du joker de luxe. La liste définitive est attendue dimanche soir ou lundi matin.

[box type= »download »]Nicolas Colsaerts –  Ryder Cup 2012 [/box]

A propos de Olivier DOAN