Tampa Bay – 3e Tour : Ce parcours les rend fous

Par le 17 mars 2013
email
Print Friendly and PDF

Comment faire pour dompter les greens de Copperhead ?

Cette troisième journée a fait perdre pieds aux deux principaux favoris que sont Sergio Garcia et Adam Scott. Mis à part un birdie sur le 1, un par 5, l’Australien a absolument tout raté sur les greens concédant la bagatelle de sept bogeys.

Repousser à -1, Scott pointe à cinq coups du leader et nul ne sait ce qu’il nous attend ce dimanche.

A l’instar de notre surfeur, Garcia a commencé à sourire avec un birdie au 1 avant de se mettre à pester contre le public et contre son cadet (et pas contre lui-même).

El Nino était vraiment en mode têtes à claques dans ce moving day mais le problème, c’est qu’il a tellement de talent que là encore tout est possible.

Coetzee, ou la force de ne pas connaître le parcours

Dans un leaderboard où seize joueurs se tiennent en trois coups, Justin Leonard, George Coetzee et Kevin Streelmann occupent la tête à -6.

Leonard, qui n’a plus gagné sur le PGA Tour depuis 2008, est celui qui possède le plus d’expérience dans ces conditions dignes d’un US Open.

Le problème pour lui, ainsi que pour tous les autres joueurs derrière, c’est qu’il a face à lui deux joueurs à la stratégie désarmante.

Streelman (19 ans), auteur de la meilleure carte du jour (65), n’a pas semblé impressionné par le parcours à l’image de son flop shot à la Mickelson pour sauver son par sur le 18. Même s’il a bénéficié des conditions moins fermes qu’à la fin de la journée, l’Américain de 34 ans a le jeu et les nerfs pour créer la surprise et remporter sa première victoire sur le PGA Tour.

La première victoire en carrière, Coetzee l’a souvent titillée sur le Tour Européen avec huit Top 10 en 2012 et déjà deux Top 3 cette année.

Voir le solide Sud-Africain venir faire la nique aux Américains sur leur circuit serait encore plus fort si l’on tient compte du fait qu’il n’a fait que neuf trous de reconnaissance sur ce parcours, connu pour être l’un des tests de golf les plus exigeants de l’année : « C’est vrai que je ne connais pas très bien le parcours, c’est pour ça que je suis prudent, mais j’ai l’impression qu’être prudent c’est la bonne stratégie ici ».

Spieth encore là

La même fraîcheur se dégage de Jordan Spieth, à qui nous avions consacré un article cette semaine.

A deux coups de la tête après un très bon 69, le Texan de 19 ans est plus que jamais en course pour devenir le deuxième plus jeune vainqueur de l’histoire du PGA Tour derrière Harry Cooper. Une perf’ qu’il avait déjà failli accomplir la semaine dernière à Porto Rico.

Une jeune génération US sans complexe également bien représentée par Ben Kholes, intercalé à -5.

Dans ce qui est peut-être le tournoi le plus passionnant depuis le début de l’année, la vielle garde n’a pas dit son dernier mot avec Jim Furyk (-5) et Luke Donald (-4), toujours aux avants-postes. Les deux homme s’étaient déjà affrontés l’an dernier ici même dans un playoff à quatre (victoire de Luuuke).

Dans des conditions qui s’annoncent encore extrême, le pronostic est bien la dernière chose qu’il faut se hasarder à faire. En effet quatre des cinq derniers vainqueurs de l’épreuve n’étaient pas en tête avant le dernier tour, on comprend pourquoi.

LEADERBOARD – 4e Tour sur Golf+ à 18h (Live)

[ooyala code= »w4OWY4YTo3Nx7h8DOnUUKyC2kBMWK7Ld »]

(Credits Photo : Getty Images)

A propos de Rédaction Monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.