Australian Open – 1er Tour : Woods pète la forme, Daly pète un câble !!

Par le 10 novembre 2011
email
Print Friendly and PDF

Première journée riche en enseignements à l’Australian Open. Woods qui se sentait « plus explosif » confirme ses bonnes sensations avec une très bonne première carte de 68 (-4). Est-ce que Tiger est en train d’accoucher de la méthode Sean Foley ? Une chose est sûre ça faisait neuf mois qu’il n’avait pas rendu une carte sans bogey. L’ex-numéro un mondial pointe à deux coups de son capitaine Fred Couples et à deux coups des américains « censés » lui succéder, à savoir Nick Watney et Dustin Johnson. Avec une carte de 65 (-7), c’est l’Australien Jarod Lyle  qui occupe la tête.

Lyle, golfeur au look de pêcheur, ira peut-être jouer de l’épuisette pour aller recueillir les sept balles qui reposent dans l’obstacle d’eau du trou N°11. L’auteur de ce mitraillage en règle n’est autre que le fantasque John Daly. Et comme à de nombreuses reprises par le passé, quand ça ne tourne pas Daly s’en va. C’est ainsi que le double vainqueur de Majeur, a plié les gaules invoquant une pénurie de balle dans son sac. Au trou précédent, Daly avait déjà dégoupillé en jouant une balle de practice qu’il croyait être la sienne, une erreur qui lui a coûté un triple bogey. John Daly a donc quitté le tournoi avec son fils et sa femme, laquelle a bien agité un caméraman qui tentait d’immortaliser la déchéance de son mari.  Ce n’est peut-être pas un hasard si John occupe le rang 666 au classement mondial. Une attitude diabolique que le directeur du tournoi à trouvé « inacceptable ». Trevor Herden a même demandé à ce que des sanctions soient prises à son encontre pour ne pas qu’il puisse s’aligner dans deux semaines sur l’Australian PGA.

Si les spectateurs de la partie du fantasque américain se sont sentis en danger sur chaque coup de fer, ce n’est sûrement pas le cas de ceux qui ont suivi la partie d’Adam Scott. Certes le 8ème joueur mondial n’a peut-être pas rendu la carte du siècle (69) mais il a réussi un des coups de l’année. Un par 5 de 550 mètres attaqué en 2. Coup de fer 6 de 200 mètres, une balle qui pitche en entrée de green et qui file droit dans le trou. Et voilà comment le chouchou du public réalise le deuxième albatros de sa vie, le premier c’était en 1997 au Greg Norman Junior Masters, l’Australien avait alors 17 ans. Avec un Tiger à un coup devant lui, il se pourrait bien qu’on ait le droit aux premières retrouvailles Tiger Woods – Steve Williams depuis leur séparation, et puis soyons honnêtes on a tous envie de voir ça !!

LEADERBOARD

A propos de Monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.