Deutsche Bank : McIlroy s’est fait peur

Par le 4 septembre 2012
email
Print Friendly and PDF

Très vite revenu sur Louis Oosthuizen avant de le dépasser, Rory McIlroy remporte ce Deutsche Bank Championship en se faisant quelques petites frayeurs sur la fin. Très bon dernier tour de Tiger Woods qui termine seul 3e à deux coups du Nord-Irlandais. L’ancien n°1 mondial en profite pour devenir le premier joueur de l’histoire du PGA Tour à dépasser les 100 millions de gains en carrière.

 

Parti avec 3 coups de retard sur Louis Oosthuizen, Rory McIlroy va tout de suite mettre la pression sur son partenaire en dernière partie. Trois birdies sur les 4 premiers trous contre un seul pour le Sud-Africain, le match est lancé.

Le tournant décisif de ce 4e tour intervient au 5 où, gêné par une blessure à l’épaule droite, Oosthuizen expédie son drive dans l’obstacle avec un double bogey à la clé. McIlroy, à la « faveur » d’un bogey revient en tête puis passe avec deux coups d’avance après l’aller. Un front nine que Rory joue en -4 contre +1 pour Shrek.

Dans ce groupe de tête, seul Woods soutient la comparaison après un aller très solide (32). On se met alors à rêver d’un duel à distance entre McIlroy et Woods mais Tiger ne convertira aucune opportunité de birdie jusqu’au dernier trou.

 

Tiger peut s’en mordre les doigts

 

Mais alors qu’on le donnait perdu pour la gagne, Louis Oosthuizen arrache deux birdies aux 13 et au 15 pour revenir à un coup au départ du 17. Commence alors un « qui perd gagne » qui aurait pu coûter cher à McIlroy qui va faire l’essuie-glace sur le green du 17. Oosthuizen l’imite et confiera par la suite que « le trou 17 lui a été fatal ». Même scénario sur le par 5 du 18 où McIlroy échoue d’un cheveu pour le birdie. Le Sud-Africain a alors un putt de 3,60m pour arracher un playoff, il passe juste à droite.

La pression exercée sur Mclroy aurait pu être d’une toute autre nature si Woods avait rentré son putt de 2m pour le birdie sur le 17 et celui, bien que plus difficile pour eagle sur le 18. Obsédé du « W », Tiger saura quand même apprécier cette belle semaine avec 4 cartes dans les 60, chose qui ne lui était plus arrivé depuis 3 ans.

Autre consolation pour Woods, sa 3e place à la FedEx Cup derrière Nick Watney et Rory McIlroy, nouveau leader. Le Nord-Irlandais rejoint Tiger Woods avec trois titres cette année sur le PGA Tour dont le PGA Championship. Vainqueur en Majeur, leader de la FedEx Cup et n°1 mondial, autant dire que le titre de joueur de l’année se rapproche d’Holywood.

 

Dustin Johnson et Brandt Snedeker gagnent leur sélection

 

Côté Ryder Cup, ce Deutsche Bank a sans doute livré les réponses que Davis Love III attendait. Le capitaine qui doit annoncer ce mardi à New York ses quatre choix, ne devrait pas se passer de Dustin Johnson, 3e du Barclays la semaine et brillant 4e à Norton malgré un dernier tour un peu décevant (70).  Steve Stricker et Jim Furyk, joueurs d’expérience et auteurs d’une semaine solide (T13) devraient sans doute faire partie du voyage à Medinah. Enfin en plus de bien s’entendre avec son capitaine (et de partager le même équipementier), la place de Brandt Snedeker apparaît comme difficilement discutable. Vainqueur à Torrey Pines, 3e de l’Open Britannique, l’actuel 4e de la FedEx Cup est en plus très en forme avec une 2e place au Barclays la semaine dernière et une 6e sur ce Deutsche Bank.

Autre bonne nouvelle pour Davis Love III, l’état de forme de ses troupes à commencer par un Phil Mickelson qui a fait le spectacle dans ce dernier tour avec une carte de 66 pour terminer 4e. Plus loin on remarquera, que 9 des 12 membres de l’équipe US ont fini dans les 18 premiers de ce Deutsche Bank.

Enfin le dernier enjeu de ce Deutsche Bank Championship, c’est bien sûr le couperet fatal à 30 joueurs dans cette FedEx Cup. Parmi les heureux élus à poursuivre leur route jusqu’au BMW Championship la semaine prochaine, le vainqueur du Masters 2011 Charl Schwartzel. Le Sud-Africain qui avait pété son câble (4 putts à 1m)à la fin du 3e tour s’est assuré du Top 70 grâce à un 4e tour plus en maîtrise (71). Charley Hoffman n’a lui rien maîtrisé du tout (aller en 34, retour en 42 dont un quadruple bogey sur le 11) mais se sauve in extremis (69e).

[box type= »download »] LEADERBOARD[/box]

 

(Credits Photo : Getty Images)

A propos de Monsieurgolf