The Open J-1

Par le 18 juillet 2012
email
Print Friendly and PDF

La planète golf s’apprête à vivre son troisième Majeur de la saison au Royal Lytham & St Annes, véritable  links construit au milieu des dunes, où il faudra dompter les rebonds improbables et jouer avec le vent marin. Difficile de savoir par où commencer pour vous présenter ce monstre sacré du golf moderne, plutôt que de vous parler des cotes des bookmakers, des parties à suivre et des prévisions météorologiques on a préféré se concentrer sur les trois grosses interrogations de la semaine.

Westwood, Donald pour une première?

Ils sont classés parmi les cinq meilleurs joueurs du monde depuis plusieurs années mais ils peinent tous deux à accrocher leur premier majeur. Si Westwood a déjà été plusieurs fois en position de jouer la gagne – il échoue à deux reprises à la deuxième place en 2010 – c’est un peu différent pour Luke Donald qui n’excelle guère dans cet exercice mais ce dernier apparaît confiant à quelques heures de son départ.

« Je suis bien, j’ai beaucoup bossé ces dernières semaines et ça a payé au Scottish Open ou je n’ai pas raté une mise en jeu. Il faudra en faire de même ici, les « tee shots » seront la clef de la semaine car les roughs sont infects et ne laisseront aucune chance de jouer le green, même chose pour les bunkers, c’est pourquoi il sera indispensable de toucher les fairways pour espérer jouer sous le par.  J’ai également beaucoup travaillé sur mon attitude, ajouter une petite dose de fun ne pourra pas me faire de mal, c’est ce qui me manque en majeur pour évacuer la pression ».

Pour Lee Westwood il est inimaginable de ne pas jouer les premiers rôles cette semaine, la raison est simple « Pendant 5 semaines, le monde entiers pose ses valises sportives en Angleterre, les jeux Olympiques commencent dans quinze jours et nous avons l’occasion de montrer l’exemple à nos compatriotes qui vivrons l’un des plus grands moment de leur carrière à Londres. The Open, c’est mes JO à moi. J’ai répondu présent lors des deux premiers majeurs en me mettant en position de jouer la gagne, espérons que cette fois soit la bonne ».

L’occasion pour Westy de succéder à Tony Jacklin, dernier vainqueur anglais sur le parcours du Royal Lytham.

 

Woods pour une quinzième?

Comme à chaque tournoi qu’il dispute, l’américain sera l’attraction de la semaine. Déjà victorieux à trois reprises cette saison – Arnold Palmer Invitational, The Memorial et l’AT&T National – il reste au tigre à valider une quatorzième victoire en majeur pour prouver qu’il est définitivement de retour et se rapprocher encore un peu plus du record historique de Jack Niklaus (16 majeurs).

A l’issue de sa partie de reconnaissance de dimanche, Woods a fait quelques déclarations tonitruantes outre manche qualifiant même les roughs « d’injouables » avant de se rattraper lors de sa conférence de presse d’hier. « Le Royal Lytham est un pur links, il doit se jouer avec de l’imagination et de la créativité dans ses coups de golf. Lors d’une seule et même partie, vous pouvez rencontrer tous types de conditions de jeu. Vous ne savez jamais ce qui va vous arriver et de quel coté votre balle va kicker. Voilà ce qui fait du British Open un tournoi unique et voilà pourquoi c’est mon Majeur préféré ».

 
Quelle stratégie pour vaincre le parcours?

Un sol sablonneux, une architecture traditionnelle, un relief tourmenté, un paysage dénudé et des roughs haut jusqu’aux genoux. Le Royal Lytham & St Annes a tout d’un links et le plan de jeu mis en place par les joueurs, aura forcément son lot d’improvisation.

La première difficulté vient des « pot bunker », ces bunkers très profonds typiques des links qui sont au nombre de 205 au Royal Lytham. Des bunkers qu’il faudra absolument éviter pour espérer jouer les greens en régulations comme en témoigne Darren Clarke, expert des links « « Mieux vaut avoir 200 mètres en deuxième coup pour se laisser une chance de jouer la régulation que de faire un chip out du bunker à 150 mètres. La clé de la semaine, ce sera la précision au départ et pas la longueur. » La précision qui prime sur longueur? Peut-être une occasion supplémentaire pour Tom Watson de donner la leçon aux petits jeunes comme il l’avait fait en 2009 alors qu’il avait déjà 59 printemps.

Vient ensuite l’enchaînement des trous très particuliers du parcours. Le premier trou n’est autre qu’un par 3 de 180 mètres qu’il faudra gérer au mieux pour rentrer correctement dans la partie car Royal Lytham offre peu de répit. Seul deux par 5 sont présents sur la carte de score et les 540 mètres qui séparent le départ du milieu du green ne laisse pas entrevoir beaucoup d’opportunités d’eagle, il faudra donc savoir tirer profit des 12 par 4 – dont un enchainement de 6 par 4 du 13 au 18 – pour jouer les premiers rôles.

Début de l’épreuve demain à 7h20 CET, à suivre sur Monsieurgolf évidemment….

[box type= »download »] Leaderboard Tee TimesSite officielGuide du parcours[/box]

A propos de Olivier DOAN