Tiger Woods : « En Ryder Cup, je n’aurais même pas marqué un point »

Par le 20 août 2014
email
Print Friendly and PDF

-c- AP Tiger Woods back injury

La semaine dernière Tiger Woods s’écartait de lui-même de la course à la sélection en équipe américaine de Ryder Cup. Une décision qui s’explique par l’état de son dos. Tiger le jure, il ne retouchera aucun club avant un mois. Il n’en reste pas moins que son programme des prochains jours n’est guère rassurant.

Dans une interview à nos confrères de Sky Sports News, Tiger Woods a justifié son forfait pour la prochaine Ryder Cup (26-28 sept. à Gleneagles) : « Quand vous êtes appelé vous devez être prêt à gagner des points, or si je l’avais été, je n’aurais pas été capable d’en gagner un seul ».

Un forfait pas vraiment insurmontable pour l’équipe de Tom Watson. En effet, même si le record en simple du Tigre est positif (4 victoires -1 défaite – 1 match partagé), notons que la seule victoire américaine de ce siècle est intervenue en 2008…et Woods n’y était pas.

La « muscu » encore et toujours….

En début de semaine, Woods a tenu à préciser sur Golf Channel  que son programme consistait à ne pas toucher un club « pendant au moins un mois ». Une astreinte qu’il semble respecter parfaitement puisqu’on ne l’a pas vu faire un swing durant la présentation de la nouvelle gamme Vapor de Nike en compagnie de Rory McIlroy. (bientôt en vente sur le site MonsieurGolf).

En revanche l’ancien n°1 mondial n’est guère rassurant sur la méthode qu’il compte employer pour régler ses problèmes de dos qu’il traîne depuis maintenant un an :« C’est juste une question d’être plus fort, plus stable, plus dynamique, plus explosif. Retrouver un corps plus athlétique. C’est un long processus, ça ne se fait pas d’un coup, il faut y aller pas à pas ». 

En résumé, d’ici à sa reprise annoncée au World Challenge le 4 décembre, Tiger va soulever de la fonte, encore de la fonte. Étonnant de voir que personne n’est capable de dissuader le joueur à persister dans cette voie. On aurait aimé davantage entendre Woods dire qu’il travaillerait techniquement sur un swing adapté à son âge (bientôt 39 ans). Mais vu l’orgueil du spécimen, nous sommes dans l’utopie.

L’exemple Suzann Pettersen

La mode du tout muscle semble (malheureusement ?) avoir encore de beaux jours devant elle. Début août, Rory McIlroy annonçait fièrement avoir pris trois kilos de muscles supplémentaires. Un remplumage nécessaire quand on connaît la vitesse de club du n°1 mondial (195 km/h au drive).

Certes, il l’a encore rappelé cette semaine, Tiger est un modèle pour lui. Espérons juste qu’il saura s’arrêter dans cette quête de l’affûtage.

Autre souhait, que Tiger regarde du côté d’une de ses consoeurs de chez Nike, la joueuse norvégienne Suzann Pettersen. Victorieuse à Evian l’année dernière, cette sublime joueuse de 33 ans est également connu pour être LA golfeuse la mieux préparée physiquement.

En début d’année cependant, Pettersen s’est blessée au dos lors d’un exercice de force en salle de musculation. Résultat ? Un mois d’arrêt, le tout pour une joueuse qui avait déjà dû s’arrêter quasiment un an à cause d’une blessure similaire.

Depuis fini la fonte, l’ex n°2 mondiale ne fait que du cardio. Une résurrection pour l’élève de David Leadbetter qui « se trouve plus déliée et plus longue d’une dizaine de yards ». Un attelage qui a failli la conduire à son troisième succès en Majeur dimanche dernier au Wegmans LPGA Championship.

Reste à trouver le volontaire qui aura le courage de dire : « Tiger fait comme ELLE, arrête la muscu »…

A propos de Hervé MARQUES

Prétendant éconduit de Natalie Gulbis, Hervé passe sa colère en envoyant des slices sur les golfs de la région parisienne. Lorsqu’il est hors d’état de nuire, vous pouvez le retrouver sous sa casquette de journaliste sur Canal+, Golf Channel…et Monsieur golf bien sûr !

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.