Victoire de Rickie Fowler au Players : Véritable mue ou simple coup d’éclat ?

Par le 12 mai 2015
email
Print Friendly and PDF

THE PLAYERS Championship - Final Round

Quatre Top 5 en Majeurs et une victoire au Players 2015 en jouant -6 sur les six derniers trous. Pour un joueur surcoté de 26 ans qui n’est que 9e joueur mondial, c’est tout de même pas mal.

Pour ceux qui étaient en week-end prolongé, sachez en effet que dans les jours qui ont précédé ce 42e Players, Sports Illustrated avait sorti une enquête réalisée anonymement auprès des joueurs du PGA Tour. Sondage dans lequel 24% des joueurs interrogés pensaient que Rickie Fowler et Ian Poulter étaient des joueurs surcotés.

« Le trophée qui est à côté de moi réponds à toutes les critiques » a déclaré Rickie Fowler après sa 2e victoire sur le PGA Tour, trois ans après la première au Wells Fargo« Je crois que ces critiques l’ont motivé » a même assuré son coach Butch Harmon.

« Je ne veux pas être célèbre pour mes casquettes »

Bien sûr, son sens du marketing, le glamour de son couple a de quoi attiser la jalousie des joueurs lambda.

Moins de publicité est faite autour de son éthique de travail qu’il a mis en place aux côtés de Butch Harmon depuis le début de leur collaboration en décembre 2013. A l’époque le gamin de Murrieta (Californie) disait déjà qu’il ne « voulait pas être célèbre pour sa casquette ou ses vêtements mais qu’il voulait être un prétendant à la victoire en Majeurs ».

Un objectif qu’il a sérieusement approché l’an dernier en devenant après Jack Nicklaus et Tiger Woods, le troisième joueur de l’histoire à faire Top 5 dans tous les Majeurs d’une même année.

Tremplin ou feu de paille ?

Gros travailleur et talentueux. Reste à savoir jusqu’où cette combinaison pourra le mener. Deux hypothèses se confrontent.

La première consiste à dire que cette deuxième victoire qui s’est longtemps fait désirer va agir comme un booster de confiance et va très vite être suivie d’autres succès. Une thèse qui n’est pas sans rappeler la trajectoire sur laquelle surfe Jordan Spieth, lequel a attendu quasiment deux ans avant de confirmer sa première victoire sur le PGA Tour.

Ce scénario est rêvé par ceux qui se projettent sur une rivalité Rickie Fowler vs. Rory McIlroy. Certains mêmes évoquent l’émergence d’un nouveau Big Three complété par Jordan Spieth.

Une perspective alléchante puisqu’au-delà d’avoir trois bons joueurs, nous sommes en présence de trois hommes dans tout ce que ce terme renferme de positif.

L’autre scénario, plus dépassionné celui-là, voudrait que tout ce tapage ne tienne qu’à quelques centimètres. Ces mêmes centimètres qui lui ont souri sur son deuxième coup sur le par 5 du 16 (eagle donné).

Un joueur taillé pour les gros tournois

Rickie le dit lui-même « cette semaine je me sentais vraiment en confiance sur tous mes coups ». Qu’en sera-t-il les autres jours ? Des joueurs comme Jason Day, Hideki Mastuyama n’auront certainement aucun mal à lui voler la vedette. Il ne sera alors plus question de faire partie d’un quelconque Big Three mais de quelques coups d’éclats de-ci de-là.

L’élément qui pourrait faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre se résume peut-être dans son 3e tour. Malgré six fairways et six greens touchés, le diplôme d’Oklahoma State a réussi à ramener un score de 71 (-1).

Sous pression et dans un jour sans jour sans, le Rickie Fowler 1.0 pouvait facilement voir ses cartes de score s’envoler comme cela a encore été le cas cette année à Houston ou Torrey Pines. Si le swing sous pression devient plus solide le reste suivra car l’enjeu n’a jamais empiété sur son tempérament d’attaquant. Chose que l’on reproche parfois à Jason Day par exemple.

Petit retour en arrière. Lors de la Ryder Cup 2010, le jeune Rickie Fowler âgé de 21 ans, choix du capitaine, parvient à partager son simple avec Francesco Molinari après avoir été mené 5Dn à cinq trous de la fin.

Depuis le joueur a pris de l’épaisseur dans les grandes arènes. Plus que ses quatre Top 5 en Majeurs, le Californien a terminé la saison sur sept Top 10 en huit tournois avec à l’intérieur un WGC, trois Majeurs et trois tournois des Playoffs de la FedEx Cup.

Une tendance qui se poursuit cette année avec cette victoire au Players après deux 12e places au WGC Cadillac et au Masters.

Des indicateurs qui portent à croire qu’il sera l’un des hommes à surveiller dans un mois à Chambers Bay pour l’US Open.

(Credits Photo : Getty Images)

A propos de Hervé MARQUES

Prétendant éconduit de Natalie Gulbis, Hervé passe sa colère en envoyant des slices sur les golfs de la région parisienne. Lorsqu’il est hors d’état de nuire, vous pouvez le retrouver sous sa casquette de journaliste sur Canal+, Golf Channel…et Monsieur golf bien sûr !

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.