La Ryder s’éloigne pour Snedeker

Par le 31 août 2014
email
Print Friendly and PDF

-c- Donald Miralle Snedeker

Favori pour être choisi par le capitaine il y a encore quelques jours, Brandt Snedeker a sérieusement compromis ses chances de prendre part à la 40e Ryder Cup dans un mois.

Les FedEx Cup se suivent mais ne ressemblent pas pour Brandt Snedeker.

Vainqueur du jackpot de 10 millions de dollars en 2012, Snedeker avait été appelé dans la foulée par Davis Love III pour être de la partie à Medinah.

A cette époque, il apparaissait impossible de se passer du vainqueur de la FedEx Cup, qui plus est avec le niveau de putting qui était le sien à l’époque.

Deux cuts ratés au plus mauvais moment

Justement, son putting il l’a peu à peu perdu depuis. Ajouté à cela un physique sujet aux blessures et vous obtenez un joueur presque ordinaire du PGA Tour.

Son nom avait même disparu des écrans de contrôle de Tom Watson jusqu’à sa série de sept Top 25 de suite sur le continent américain cet été, avec notamment une 9e place à l’US Open et une 13e au PGA Championship.

Une brillante série interrompue au plus mauvais moment. Après un cut raté au Barclays la semaine dernière, il a de nouveau raté le cut hier au Deutsche Bank Championship.

Deux contre-performances synonymes d’élimination de la FedEx Cup. Jamais, le joueur de 33 ans n’avait été éliminé si tôt des Playoffs.

« Je sais que je joue bien »

Problème pour lui, les places sont chères et la dernière impression laissée risque de peser lourd, et ce même si Tom Watson l’apprécie beaucoup.

Hunter Mahan et Keegan Bradley quasi certains d’y être, il ne reste guère qu’une place dans l’équipe qui sera annoncée ce mardi.

« Je sais que ces deux cuts ratés à la suite tombent au mauvais moment. Mes résultats de ces deux dernières semaines ne plaident pas en ma faveur pour prétendre à une place dans cette équipe d’autant plus que d’autres prétendants sont d’ailleurs bien placés cette semaine ».

Parmi les noms sous-entendus par Snedeker, il y a en premier lieu celui de Ryan Palmer. Long frappeur et très bon putter, il est actuellement leader du Barclays et réalise l’une des meilleures saisons de sa carrière.

S’il parvient à se maintenir dans le Top 10 du Barclays, Webb Simpson parait cependant avoir un petit avantage sur Palmer.

Deux noms qui sont sûrement déjà passés devant celui de Snedeker dans l’esprit de Tom Watson.

LEADERBOARD DEUTSCHE BANK CHAMPIONSHIP

A lire également : Jason Day, une blessure et ça repart !

(Credits Photos : Donald Miralle)

A propos de Hervé MARQUES

Prétendant éconduit de Natalie Gulbis, Hervé passe sa colère en envoyant des slices sur les golfs de la région parisienne. Lorsqu’il est hors d’état de nuire, vous pouvez le retrouver sous sa casquette de journaliste sur Canal+, Golf Channel…et Monsieur golf bien sûr !

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.