Sony Open : La symphonie de Wagner

Par le 16 janvier 2012
email
Print Friendly and PDF

Johnson Wagner l’avait prédit, il gagnerai tôt cette saison. Déjà affûté la semaine dernière à Kapalua, le Freddie Mercury du PGA Tour remporte le Sony Open à Hawaï avec un score de -13.

Sa troisième victoire sur le PGA Tour, Wagner va la chercher en jouant -4 sur les douze derniers trous. Il rend une carte de -3 pour la journée qui lui permet de s’extirper d’une meute de six joueurs à la lutte pour la victoire. Un succès qui permet d’ailleurs à Wagner de passer devant Stricker à la FedEx Cup mais surtout de lui assurer sa présence au prochain Masters en avril.

Durant cette journée de dimanche, six joueurs se retrouvent en tête lors de ce dernier tour. Mais Wagner, qui totalise un score de -13 sur le retour du Waialae Country Club cette semaine, triomphe finalement avec deux coups d’avance sur Carl Petterson, Sean O’Hair, Harrison Frazar et Charles Howell III. Pas mal pour un joueur qui reste sur trois cuts ratés sur le parcours d’Honululu. A noter au passage que c’est le premier Top 10 pour Petterson en tant qu’Américain. Adepte de longue date du long putter, le Suédois d’origine a fait tout son cursus à la fac de North Carolina.

Peu habitués à la tension de la dernière partie, les deux co-leaders de la veille se noient sur le parcours hawaïen. Matt Every joue ses six premiers trous en +4 pour rendre finalement une carte de 72 (+2). Jeff Maggert lui rate une flopée de petits putts et joue dix coups de plus que la veille (64 contre 74). L’Américain de 47 ans termine ce Sony Open à la 13e place en compagnie notamment de Keegan Bradley. Un peu en dedans en ce début de saison, l’espoir américain rend sa pire carte de la semaine (70). Incapable de descendre sous les trente putts durant les quatre tours, l’espoir Américain a lutté sur les greens très roulants du Waialae Country Club.

D’autres favoris ont déçu cette semaine. Steve Stricker, Webb Simpson et K.J Choi terminent la semaine ensemble à la 38e place (-4).

[box] Déclarations du vainqueur :

 

Quand a-t-il senti qu’il prenait le contrôle du tournoi ?

 

« Mes birdies au 9 et au 10 ont été le tournant. Sur le 9, je me mets donné après une très bonne sortie de bunker. Enfin, donné façon de parler car le dimanche aucun putt n’est vraiment donné tellement vous êtes nerveux. Après ce birdie au 9, je savais que j’étais 1er à égalité avec devant moi les neuf derniers trous que j’ai très bien joué durant la semaine. Je pensais que ça allait se jouer entre Charles Howell III parce qu’on ne s’est pas lâché sur l’aller. »

 

Comment expliquer son merveilleux neuf de retour le dimanche ?

 

« La configuration des tee shots sur le retour me correspond mieux. C’es vrai en cinq Sony Open, je crois que je n’ai jamais réussi à attraper le fairway du 1 par exemple. J’ai beaucoup de mal à trouver les fairways sur l’aller alors que j’y arrive très bien sur le retour. C’est notamment grâce à ça que je me suis donné beaucoup de chances de birdies durant toutes la semaine alors que sur l’aller mes chances de birdies ont été assez rares au final ».

 

Pourquoi était-il persuadé qu’il pouvait gagné dès le début de saison ?

 

J’ai travaillé très dur à l’intersaison. Je ne dis pas que j’en ai fait plus que les autres car Dieu sait qu’il y a des gros travailleurs sur le Tour. De mon côté, j’en ai fait plus que d’habitude jamais j’aurais pensé bossé autant. Je me suis entraîné chez moi, j’ai fait trois voyages en Floride pour voir mon coach et en plus on a eu une super météo chez moi à Charlotte. J’adore le golf, j’adore être à la lutte pour gagner des tournois et je m’en suis donné les moyens cet hiver ».[/box]

A propos de Monsieurgolf

vos réactions nous intéressent, laissez-nous un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.